20180808 Welc home
Imprimer

Fitbit : Le précurseur du bien-être connecté

Écrit par Patrick Glémas le 10 juin 2016. Rubrique Objets connectés

20160609 Pleins Feux Fitbit 2

Leader aujourd’hui des objets de bien-être connectés, Fitbit en est aussi l’inventeur. La société ne cesse d’enrichir son offre de produits et les services qui leur sont liés. Pourtant, l’entreprise a à peine 10 ans puisqu’elle est née en 2007. Histoire d’une idée originale devenue une belle réussite.

Qui aurait pu penser qu’une simple manette de jeu sans fil équipant une console vidéo puisse donner naissance à une entreprise employant 1100 personnes et réalisant 1,86 milliard de dollars de chiffre d’affaires en 2015 ! Et pourtant, c’est en s’inspirant de la manette accompagnant la console WII de Nintendo que James Park et Eric Friedman ont créé Fitbit en 2007. Ingénieurs de formation et fans d’informatique, ils se sont rendu compte, en découvrant cette console de jeu, que les capteurs et la technologie sans fil avaient fortement progressé. Et comme ils vivent à San Francisco, pays où l’activité physique est une seconde nature, ils ont vu là une belle opportunité de révolutionner le monde du fitness et de la remise en forme. De là est née l’idée de créer un produit pouvant être porté sur soi pour aider leurs compatriotes à devenir plus actifs.

Ainsi nait Fitbit, un nom qui est la contraction de “fitness”, pour l’activité physique, et de “bit”, pour l’aspect digital. Nos deux créateurs n’en sont pas à leur coup d’essai puisqu’ils avaient créé auparavant un site Internet de tirage de photos en ligne. Ils sont d’autant plus motivés que Apple vient de lancer le iPhone, le premier smartphone de l’histoire. Et comme le système de santé aux Etats-Unis dépend essentiellement des assurances privées, chaque américain a à cœur de prévenir tout risque qui viendrait grever son budget santé en augmentant les cotisations… L’essor du fitness connecté est alors tout tracé.

Mais ce n’est qu’en 2009 que sort le premier appareil : le Fitbit Ultra. C’est un capteur d’activité qui se connecte à une station d’accueil où il se recharge. Elle est dotée du Bluetooth, ce standard de communication sans fil, pour synchroniser les données avec une application qui tourne sur smartphone. C’est une première qui ouvre la voie à un nouvel univers : les “trackers” ou capteurs d’activité. James Park et Eric Friedman prennent soin de rester dans l’univers du sport, du “lifestyle” et du bien-être sans déborder sur l’univers de la santé qui exige d’autres responsabilités et de nombreux agréments de la part des autorités.

Le succès est au rendez-vous. Les deux créateurs persévèrent. L’équipe s’étoffe. De nombreux ingénieurs rejoignent l’entreprise dont les deux tiers sont des informaticiens. La société lance de nouveaux produits chaque année pour mieux répondre aux besoins de ses clients. L’année 2011 verra l’arrivée du Fitbit One et du Fitbit Zip, des capteurs qui se fixent à la ceinture. Ce sont des podomètres connectés qui mesurent aussi les étages grimpés. L’application qui leur est liée calcule les graisses brûlées pendant ces efforts. Puis, en 2012, c’est le lancement du premier bracelet du marché avec le Fitbit Flex. Ce capteur mesure l’activité et le sommeil. Les données se synchronisent automatiquement et à distance aux smartphones et aux ordinateurs des principaux fabricants, comme tous les produits de la marque. Résistant à l’eau, mais pas waterproof, son autonomie est de cinq jours.

L’année 2015 a vu l’arrivée de la Fitbit Charge, de la Fitbit Charge HR et de la Fitbit Surge, trois bracelets de fitness qui intègrent des fonctions de “montre connectée” telles que l’heure et les notifications d’appel, de SMS ou de calendrier. Un capteur cardiologique est intégré qui mesure en temps réel le rythme cardiaque, avec une prise de pouls toutes les secondes. Et pour 2016, la marque lance la Fitbit Blaze, une montre de fitness qui accueille un capteur cardiaque, un GPS connecté, un écran tactile et qui propose des exercices à l’écran. Bien entendu, elle suit l’activité quotidienne et le sommeil tout en indiquant à l’écran les appels, messages et alertes du calendrier. Et pour plaire au plus grand nombre, bracelet et cadre de l’écran se changent à volonté pour customiser l’objet à son style du jour. A cela s’ajoute le Fitbit Alta, un bracelet pour ceux qui n’ont pas une pratique intensive du sport. Fitbit Blaze et Fitbit Alta offrent une autonomie allant jusqu’à 5 jours.

20160609 Pleins Feux Fitbit 3

Dans un pays où la bonne forme et la santé préventive sont des marqueurs de la société, les créateurs ont eu la bonne intuition au départ. D’autant que, depuis le début des années 2010, la pratique des exercices physiques va croissante aux Etats-Unis et dans le reste du monde. Leur objectif est d’aider les gens à changer leur mode de vie. « Bien qu’avoir une vie saine et équilibrée soit un objectif très sérieux, il est possible d’y arriver en s’amusant, proclame l’entreprise. Nous pensons que vous atteindrez plus facilement vos objectifs si on vous en donne les moyens et si on vous encourage à vous amuser ».

Ce succès surfe aussi sur le principe du “bouger plus” très en vogue aux Etats-Unis, en lien avec le système de santé à base d’assurances personnelles. Et également sur la sédentarité et l’obésité qui sont devenues de réels problèmes de santé publique dans ce pays. « Disposer de données chiffrées rend l’action plus simple et facilite l’atteinte des objectifs fixés par chacun », fait remarquer Benoît Raimbault, Directeur marketing EMEA de Fitbit. Outre les capteurs d’activité, le dispositif Fitbit comprend des applications qui permettent à chacun d’établir et de suivre son programme sur son Smartphone, sa tablette ou son ordinateur. Ces algorithmes ont été développés à partir des statistiques de l’OMS (Organisation mondiale de la santé). Il suffit alors à chacun de régler l’appareil au départ en fonction de son âge, de sa taille et de son poids.

Et comme la société est californienne, l’aspect communautaire n’est pas loin ! Chaque utilisateur peut partager tout ou partie de ses données avec ses amis pour se comparer aux autres et pour se lancer des défis… Ces données sont aussi utilisées en entreprise pour mesurer le bien-être du personnel. « Certains employeurs subventionnent l’achat de capteurs pour suivre l’activité physique de leurs différents départements, poursuit Benoît Raimbault. Les mesures, anonymes, sont consolidées par équipes, car le bien-être de l’entreprise est une donnée importante aux Etats-Unis. Mais chaque utilisateur reste l’unique propriétaire de ses données. C’est lui et lui seul qui peut demander à les partager ».

Reste que les données brutes doivent être traitées pour être utilisables. Elles le sont par les serveurs de Fitbit qui les rend compréhensibles par l’intermédiaire du Cloud. Mais pas question pour la société de les utiliser à autre chose ! Une chartre drastique de confidentialité le garantit. L’entreprise travaille plutôt sur l’accompagnement des utilisateurs en leur proposant des programmes d’exercices à réaliser et en travaillant sur l’ingestion des calories pour les aider à mieux manger. Cette politique de services vient accompagner la vente de capteurs, unique source de revenus de Fitbit.

20160609 Fitbit Blaze Lineup

Destinés uniquement au grand public, ces capteurs d’activité sont disponibles dans la distribution moderne, que ce soit des enseignes d’équipement de la maison comme Boulanger, Darty ou la Fnac ou des enseignes de sports comme Décathlon, Go Sport, Intersport… La marque travaille également avec des réseaux de boutiques spécialisées comme Lick. Elle est aussi présente chez certains opérateurs de téléphone comme Orange. Internet n’est pas en reste avec le propre site de la marque, mais aussi Amazon et d‘autres. Et elle démarche des enseignes plus généralistes comme Auchan ou Carrefour.

Avec un chiffre d’affaires qui a plus que doublé sur un an, Fitbit progresse rapidement. La société a vendu 21 millions de produits en 2015, s’adjugeant la première place mondiale du secteur. Elle en a écoulé 8,2 millions sur le dernier trimestre, précisant que près de 80 % du CA trimestriel a été réalisé avec ses produits les plus récents (Fitbit Surge, Fitbit Charge et Fitbit Charge HR). L’entreprise est bien ancrée dans le milieu et l’entrée de gamme.

Les deux tiers de cette performance sont réalisés aux Etats-Unis, le reste en Asie et en Europe de l’Ouest. Les pays européens les plus en avance sont l’Allemagne et la Grande-Bretagne. Dans ce dernier, la part de marché de Fitbit est de 80 %. En France, en troisième position, Fitbit occupe 50 % du marché. Une part qui reste stable, mais sur un marché qui triple chaque année ! L’avenir reste ouvert…•