20190711 interieurlyfestyle
Imprimer

Demain la convergence ?

le 29 septembre 2009.

200909_microinfromatique_itl.jpg

Du haut de ses presque 30 années d’existence, le marché grand public de la micro-informatique obéit à une évidente logique de maturité. Les signes principaux de cet état se comptent parmi l’érosion naturelle du prix de vente moyen, la cristallisation de l’offre vers les segments premiers prix et haut de gamme, le taux d’équipement élevé des ménages français ou l’apparente stabilité générale des forces en présence. Mais les hommes de l’art ne s’y trompent pas, le marché recèle tous les ferments d’une révolution à venir : la mise en scène dans les points de vente de la convergence numérique dont fait partie l’univers des PC. Encore au stade de réflexions, cette nouvelle approche devrait porter ses fruits prochainement. Quand ? Aujourd’hui personne n’est assez imprudent pour se risquer à avancer une date quelconque !

Eric TIXIER

Confortique Magazine
n° 212 août-septembre 2009

 

Contre toute attente, les ventes de PC au niveau mondial n’ont reculé au deuxième trimestre que de 3 % alors que la profession redoutait une régression d’environ 6 %. Bien sûr la crise fait sentir ses effets et ce score s’explique pleinement par le ralentissement des programmes d’équipements des entreprises qui vient impacter négativement les ventes globales. Fort heureusement, cette logique frileuse de non-investissement n’atteint que très peu le segment grand public. En particulier en France où la donne confirme cette situation. De fait, tandis que les ventes aux particuliers constituent près de 75 % des volumes totaux, le cumul des 5 premiers mois de l’année fait montre d’une progression très honorable des volumes estimée à plus de 10 %. Hélas, la valeur ne suit pas et le chiffre d’affaires global du secteur affiche conséquemment un recul de 5 %.

 

Les portables tiennent le haut du pavé

Au cœur des 4,7 millions de pièces attendues pour 2009, il convient tout d’abord de noter la réussite des portables en opposition aux modèles fixes (dits de bureau) qui depuis des années déjà perdent chaque jour du terrain. Aujourd’hui, l’équilibre se situe respectivement à 75 % et 25 % de la valeur avec un écart encore plus prononcé si l’on raisonne en volume (plus proche du ratio 70/30). Pourquoi un tel succès ? La raison est double. Primo, avec un taux d’équipement de 67 %, les foyers français en sont au stade du renouvellement et du deuxième équipement. Nul étonnement dans ces conditions qu’ils privilégient des modèles portables tout aussi performants désormais et aux avantages nombreux dont bien sûr… leur encombrement réduit et leur caractère mobile ! D‘ailleurs, cette même logique d’achat favorise également les ventes des modèles de type All-in-one en ce qui concerne les postes fixes. Si ces modèles ne constituent que 10 % des volumes, ils représentent a contrario 20 % de la valeur via notamment l’offre haut de gamme en la matière d’Apple et de HP. Secundo, l’usage de l’ordinateur ne cesse de devenir de plus en plus personnel. Fini le temps où la maisonnée partageait un poste unique et fixe, l’heure, à l’image de la téléphonie, est à la règle de chacun son équipement.

 

L’explosion des Netbooks

Plus remarquable encore, ce sont des raisons tout à fait similaires qui insufflent un courant ascendant au segment des netbooks, les ultra-portables initialement lancés en leur temps par Asus. Certes équipés de spécifications réduites, ces appareils répondent néanmoins de façon très suffisante à une utilisation standard d’un PC. Voilà un an, les plus sceptiques tablaient sur une percée de l’ordre de 8 % de ces netbooks émergents et force est de constater que le marché contredit pleinement cette estimation. Avec 500 000 pièces vendues en 2008 et quelque 800 000 attendues pour 2009, ce segment pèserait désormais 20 % des ventes de portables ! Et si la tendance perdure, la fin de l’année 2009 devrait surfer sur une proportion de 30 % !

 

Moins chers, plus beaux…

Autre constat avéré, la baisse du prix de vente moyen du marché qui atteindrait les 15 %. Et ce pour au moins 4 causes identifiées ainsi que les liste Frédéric Fauchère, Directeur commercial Samsung : "Tout d’abord, preuve évidente de maturité, nous constatons une érosion naturelle des prix. Ensuite, baisse également des prix des composants constitutifs de l’ordinateur à laquelle s’ajoute la parité favorable de l’euro face au dollar. Enfin, le grand nombre d’intervenants sur le secteur participe à une guerre des valeurs faciales qui oscillent désormais autour de 600 €." Christian Moulin, Directeur division grand public HP, précise de plus : "Un tiers des ventes se font entre 400 et 600 € et il convient de noter que ce segment régresse ou au mieux s’avère stable. Par contre, un second tiers se fait entre 300 et 400 e et cette proportion n’a cessé d’augmenter au cours des premiers mois de l’année. De la même façon, le pôle des plus de 600 € (environ 20 % des ventes) progresse aussi. Finalement, nous observons une cristallisation du marché vers des portables à bas prix dont les netbooks sont les représentants les plus emblématiques et vers des modèles haut de gamme à l’image des PC fixes fortement dimensionnés tels que les All-in-one." Dans le même temps et alors "que le consommateur final n’atteint jamais les limites des caractéristiques techniques de son PC" remarque Eric Cariou, Directeur général Toshiba France, le monde de la micro-informatique adopte la carte de l’esthétique et de la personnalisation de ses produits. En effet, parce que le palier de performances jugées à juste titre largement suffisantes est dorénavant dépassé, les PC se parent de designs fortement différenciants. Ainsi, en jouant sur les formes, les matériaux et les couleurs, l’offre ne cesse de s’enrichir. Dell, récent partenaire de la distribution traditionnelle, transforme même l’essai : "Nous avons choisi de nous positionner en tant que véritable multispécialiste de l’informatique auprès des particuliers, affirme Olivier Médam, Directeur général ventes indirectes grand public Dell. Ainsi, nos gammes avancent-elles la particularité de proposer sur chaque segment la meilleure pertinence possible. Nous offrons de plus une originalité qui coïncide idéalement avec la tendance du moment : un très large choix de coloris pour chaque produit. En fait, au moins 5 pour nombre de nos modèles et jusqu’à 15 pour plusieurs de nos références !" Pour sa part, Sony qui fut parmi les premières marques à oser la couleur déploie toujours et encore ce même atout : "Parce que le consommateur fuit le gris et le noir, explique Patrick Moncet, Chef de produit Vaio Sony, parce que la clientèle la plus jeune souhaite une personnalisation franche de ses PC, Vaio continue de jouer la carte de la couleur dont le blanc qui s’avère très apprécié. Aujourd’hui, le choix du coloris est un avantage acquis à nos yeux et Sony va plus loin en ce domaine puisque nous ne nous contentons pas de changer simplement le capot, mais bien au contraire nous adaptons en ce sens toute la structure du PC !"

 

… toujours plus autonomes et encore plus légers !

A la frange des tendances émergentes, plusieurs évolutions se font jour. Cela commence par l’arrivée des écrans LED, offrant une consommation réduite et une meilleure rapidité d’affichage, par la montée en puissance, encore timide au regard de leur prix moyen actuellement élevé (mais promis à une baisse certaine), des supports de mémoire de type SSD. Puis par les débuts confirmés des écrans tactiles et, enfin, sans aucun doute l’événement le plus marquant à venir repose sur la sortie annoncée de l’OS Windows 7 que Microsoft planifie pour le semestre à venir. A suivre donc… Toutefois, une véritable lame de fond opère sur un plan encore à ses premiers pas aujourd’hui : l’avènement des processeurs dits CULV. L’acronyme désigne de nouveaux processeurs de très faible consommation : Consumer Ultra Low Voltage. Cette technologie permet de concevoir des ordinateurs au triple avantage. D’une part, moins énergivores, ils gagnent en autonomie. Jusqu’à 10 heures pour les plus performants d’entre eux ! D’autre part, ce type d’ordinateurs offre une structure jusqu’à deux fois plus fine et, par là même, beaucoup plus légère. Bref, les CULV annoncent la quintessence de ce que sera bientôt le portable idéal. A ce titre, 2009 sera probablement à considérer comme l’année des CULV.

 

Samsung et Dell sur le devant de la scène

En amont de la filière, les marques en présence témoignent d’une quasi-absence d’évolutions notables de leurs parts de marché respectives. Toujours à la première place les deux ténors que sont HP et Acer affichent chacun, quelque 20 %. Vient ensuite Toshiba qui se situe autour de 10/12 % tandis que l’ensemble des autres marques (Asus, Samsung, Sony Vaio, Apple…) gravite sous la barre des 10 %. Malgré cette inertie d’apparence, trois phénomènes impriment une actualité forte. Tout d’abord, Samsung affirme avoir décuplé sa part de marché qui atteint aujourd’hui 8 %. La marque explique cet exploit en 4 points : l’élargissement permanent de ses gammes (misant sur le design, la qualité et l’innovation à l’image de son récent Silver Nano équipé d’un clavier antibactérien), ses efforts soutenus à propos des flux logistiques (souple et réactive, Samsung peut promettre sous certaines conditions des livraisons en 48 heures), sa politique dynamique en matière de communication et son identité de marque multispécialiste bien comprise par ses partenaires distributeurs. De surcroît, Samsung annonce du nouveau en ce domaine d’ici la fin de l’année sans pour autant, stratégie oblige, dévoiler la nature exacte du projet. Deuxième événement marquant : le renforcement de Dell sur le circuit indirect. De fait, c’est en 2008 que Dell est sorti de son système de ventes exclusives en direct via le Net grâce au partenariat noué cette année-là avec Carrefour. Depuis, Saturn et Rueducommerce sont venus rejoindre la GSA et Dell signale à nouveau une riche actualité sur cette thématique pour la rentrée 2009 ! Pour l’heure, Dell rencontre un développement réussi sur ces nouveaux canaux grâce à la segmentation cohérente de son offre en 5 gammes : Inspiron pour le grand public, Studio pour une clientèle plus exigeante, XP5 offrant des performances à bas prix, Alienware qui est LA marque des gamers et Adamo qui intègre notamment depuis son lancement d’avril dernier le portable le plus fin du monde.

 

Archos, nouvel acteur dans le monde du PC

Enfin, le portrait ne serait pas complet si l’on omettait l’arrivée sur le marché d’un nouvel acteur : Archos. Didier Grychta, son Directeur général, révèle la genèse de cette démarche nouvelle du grand nom des baladeurs MP3, photos et vidéos : "Entre autres spécialiste de la tablette multimédia Internet, Archos déploie son offre selon trois domaines de compétence où la marque jouit d’un savoir-faire reconnu et d’une notoriété excellente. Ce sont la portabilité, la connectivité et le divertissement. A l’analyse de cette force en trois parties, il nous est apparu évident que nous avions une carte à jouer dans le domaine du PC puisque cet univers associe également ces trois dimensions. Dont acte, forte de son haut potentiel d’innovation, Archos se jette dans la bataille en lançant cette année de grandes nouveautés. Début de l’été 2009 : le cartable numérique. C’est un authentique mini-PC développé en partenariat avec l’Education nationale et destiné exclusivement aux enfants. Ergonomie, performances, résistance aux chocs et aux liquides… tout a été étudié pour convenir à cette cible aux besoins si spécifiques. D’une valeur de 240 €, le cartable numérique Archos intègre de plus 1 an d’abonnement à Maxicours, le Nº 1 du soutien scolaire en ligne (95 000 exercices, 22 500 cours et 5 000 vidéos pédagogiques). Aux mêmes dates, l’Archos 10s. Il s’agit du miniPC le plus fin du marché avec 22 mm d’épaisseur et un poids inférieur à 1 kg. Enfin, à l’automne 2009, Archos proposera un autre tout nouveau miniPC entièrement tactile. Ainsi dépourvu de clavier réel, l’objet disposera d’une dalle résistive de 9 pouces pour un usage très intuitif et confortable, de Windows 7 et d’un double tuner TNT. A noter qu’une version 12 pouces est d’ores et déjà planifiée pour début 2010 !"

 

Les revendeurs à la croisée des chemins ?

Côté distribution, la répartition par type de canal laisse apparaître une tendance favorable aux sites de vente en ligne. Dans le détail, les multispécialistes s’arrogent environ 40 % tandis que les GSA recueillent 30 % du marché sans que pour autant la position des uns ou des autres n’évolue notablement. Puis vient l’Internet qui cumule désormais 15 % des ventes alors que voilà deux ans, sa part ne dépassait guère 7 %. A l’inverse, les hyperspécialistes semblent accuser un très léger recul. Enfin, alors que certains annonçaient le succès à venir des boutiques des opérateurs via en particulier la distribution des netbooks, la réalité s’avère plutôt décevante par rapport à cette prédiction. Et ce fait illustre parfaitement la croisée des chemins à laquelle est aujourd’hui confrontée la distribution face à la micro-informatique. D’une part, le discours commercial dépasse largement la simple course aux performances et l’on aborde désormais nécessairement plus les usages que la taille du disque dur. D’autre part, le PC se place au cœur de la convergence numérique (voir encadré) et impose de la sorte une approche nouvelle. Sur ce point, les interrogations sur la meilleure façon d’implanter cette famille dans le point de vente, dans les linéaires se révèlent nombreuses car cruciales. Les plus grandes marques apportent aujourd’hui des solutions opérationnelles ou en cours d’études. Pour exemples, HP déploie des corners labellisés d’ores et déjà implantés dans de nombreux magasins, et Sony nourrit sa réflexion de l’expérience de son magasin de marque situé avenue George V à Paris. Indéniablement, il y a là une carte stratégique à jouer et une opportunité que distributeurs et industriels se doivent de saisir avec force innovations et idées marketing nouvelles. Deux seules certitudes toutefois guident actuellement le marché. Les premières pages de cette métamorphose s’écriront dès les prochains mois et tout le défi consiste à conjuguer habilement sur le point de vente à la fois toute la richesse technologique de la convergence dont fait partie le PC et le rôle éminemment pédagogique qui revient à la distribution pour que le grand public fasse siennes les promesses de la convergence numérique ! •

 

Disques durs externe, vesteurs d'une convergence émergente et assumée !

Parfait accessoire complémentaire du PC, le disque dur externe vit une mue certaine qui le place désormais en tant que témoin de prime importance de la convergence numérique. Patrick Mathieu Directeur des ventes France et Benelux Ioméga, campe le décor :

"Voilà une famille de produits qui évolue très vite notamment sous l’action de la baisse perpétuelle des prix et l’augmentation permanente des capacités. Au regard de cette rapidité, le consommateur privilégie les marques connues et reconnues telles que la nôtre. Dans le détail, le marché se segmente en 4 types de produits, les 2,5 pouces, les 3,5 pouces, les multimédias et les disques durs de réseau. Côté capacités, les premiers sont passés de 160 à 320 voire 500 Go, tandis que les seconds atteignent désormais le téra-octet ! Dans ces conditions, en France 65 % des ventes se font sur les seuls segments du 3,5 ‘’ et des multimédias." Pour sa part, Peekton, une société 100% française spécialiste du disque dur multimédia, précise : "Nous avons été parmi les premiers à croire au disque dur en tant que nouvelles façons de lire des vidéos, de regarder des photos ou d’écouter de la musique, explique Didier Baudy, PDG Peekton. Nous sommes aujourd’hui au cœur d’un authentique marché de masse qui intéresse vivement la distribution. Toutefois, il convient de noter que l’offre par sa richesse rend, pour tout le monde, le marché difficile à appréhender. Pour cette raison, Peekton a fait le choix, au sein de sa gamme de 20 modèles, d’un double pari simple et pertinent. Tout d’abord, l’enregistrement vidéo et, ensuite, tendance oblige, la déclinaison en différents coloris de nos références principales. Nous attachons de plus une grande attention, afin d’aider les ventes en magasin, sur toutes les dimensions du produit, emballage, mode d’emploi et qualité globale réunis. En ce qui concerne l’avenir de ce marché, il est tout à fait symptomatique de remarquer que le disque dur laisse la distribution quelque peu interrogative. L’appareil doit-il être vendu au rayon brun ou dans le linéaire consacré au PC ? De fait, la réponse n’est que rarement tranchée et nous observons souvent une double implantation !" Preuve que la convergence est en marche ? Pas si sûr mais preuve certaine que la distribution est consciente du problème de la meilleure méthode de présenter en ses magasins le PC, le disque dur et toute la galaxie de la convergence. D’ailleurs, un regard au-delà des Pyrénées nous informe d’un état des lieux lourd de sens comme en témoigne Patrick Mathieu : "En Espagne, le disque dur multimédia est vendu au rayon TV et les enseignes n’hésitent pas, de plus, à utiliser l’équipement pour alimenter leurs têtes de gondoles promotionnelles. Fort de ce parti pris, le pays regroupe 50 % des ventes de disque dur multimédia de toute l’Europe de l’ouest ! En ce sens, Ioméga est convaincue du bel avenir réservé à cet équipement qui est passé du statut d’accessoire du PC à celui de mémoire partagée de la famille au cœur de la convergence. Nous croyons de la même façon très fort aux solutions plug-and-play, associées aux box des fournisseurs d’accès au Net, qui en facilitent la mise en œuvre comme l’utilisation chez soi. A ce titre, le marché du disque dur constitue un des rares segments dont l’expansion est assurée pour au moins encore 2 à 3 ans !"

200909_microinfromatique_06.jpg

Ce disque dur signé Ioméga offre un stockage réseau puissant et facile d’utilisation dont la configuration en trois étapes s’avère extrêmement simple. Il autorise la sauvegarde de tous types de fichiers numériques en un emplacement central que l’on peut partager via notamment consoles de jeu, cadres photos numériques et téléviseurs reliés au réseau.


 200909_microinfromatique_09.jpg De forme arrondie et épurée, le Samsung N310 offre une mobilité optimale car son autonomie peut atteindre 5 heures.
Le Satellite U500 signé Toshiba constitue une offre séduisante d’ultra-portabilité aux hautes performances,le tout habillé d’une finition texturée luxueuse.
De plus, sécurité oblige, il est équipé d’un capteur d’impact qui préserve le disque dur interne en cas de chute ou de choc.
200909_microinfromatique_11.jpg
200909_microinfromatique_05.jpg Finition titane, écran 16 pouces, lecteur Blu-ray et haut-parleurs Altec Lansing caractérisent, entre autres, les atouts du PC HP HDX qui conjugue avec bonheur polyvalence et performances multimédias.
Alliance d’une minceur exceptionnelle et d’un style élégant, le HP Pavilion dv2-1100 affiche une épaisseur de seulement 2,4 cm, un poids réduit de 1,7 kg et se décline en noir Espresso ou blanc Moonlight. 200909_microinfromatique_04.jpg
200909_microinfromatique_03.jpg

Entièrement tactile, l'ARCHOS 9PCtablet est le compagnon idéal de tous les déplacements. MiniPC sans compromis, il est équipé de deux antennes et d’un double tuner pour regarder et enregistrer la TNT.

Le Samsung N310 est le symbole d’un nouveau mode de vie et deviendra l’outil idéal des nomades fashion.
200909_microinfromatique_08.jpg