Imprimer

TP Vision, l’innovation continue

le 8 septembre 2015.

Avec des innovations en séries, dont certaines majeures, TP Vision aborde 2016 et le changement de norme de diffusion en toute sérénité. Philips a renoué avec la confiance et témoigne d’une belle force tranquille.

20150908 tpvision ouv

Après des années de régression, le marché de la télévision a repris des couleurs en 2014, pour s’établir, selon GfK à +3 % en volume et +7 % en valeur. Et en 2015, 3 ans après sa création, TP Vision affiche une belle sérénité, des projets ambitieux, et la certitude d’être l’un des acteurs solides du marché. « 2015, précise Marc Langevin, Directeur général de TP Vision, est pour nous une année de choix très tactiques, avec des lancements de produits qui font la différence. Il nous faut aussi être prêts pour aborder le changement de norme de diffusion du mois d’avril 2016, décidé par le gouvernement ».

Un marché de renouvellement

Annoncé pour la nuit du 4 au 5 avril 2016, la modernisation de la norme de la TNT, avec la généralisation du MPEG-4, a pour but premier de libérer de la bande passante au profit de la téléphonie mobile et des objets connectés de plus en plus nombreux et gourmands de fréquences sur les réseaux. En effet, la norme MPEG-4, plus moderne et efficace, utilise moins de fréquences pour diffuser le même nombre de chaînes. « Il s’agit d’une décision du gouvernement, rappelle Marc Langevin, et non pas des fabricants. Nous industriels, sommes passés à la compatibilité HD de nos appareils dès 2009, et nous n’offrons pas précisément avec ce passage au MPEG-4 d’innovation technique ou de service additionnel… Nos appareils sont déjà compatibles. En revanche, nous devons être prêts à répondre à la demande des consommateurs qui souhaiteront profiter du passage pour renouveler leur matériel. Les ventes devraient être boostées, mais il y a de nombreuses inconnues… ». En effet, la durée de vie moyenne des téléviseurs s’est raccourcie au fil des ans, passant de 6 ou 7 ans, à 5 ans, les consommateurs souhaitant bénéficier des innovations proposées. De manière générale, les “anciens” postes sont relégués dans les pièces secondaires, les chambres des enfants, etc. Le passage à la norme MPEG-4 peut offrir la tentation de renouveler son matériel, annonçant une belle année 2016 pour la distribution.

Le souci de la valeur ajoutée

Côté téléviseurs, « les années paires, soutenues par des événements sportifs, la coupe européenne de football en 2016 par exemple, sont toujours plus fastes. Il devrait y avoir 5,2 millions de téléviseurs vendus en 2015, et l’on peut tabler sur une augmentation de 5 % en 2016 », ajoute François Caroff, Directeur marketing TP Vision. Mais dès cette année, la Coupe du monde de rugby, puis la période des fêtes peuvent être pour la distribution des occasions d’évoquer le changement de norme de la TNT pour encore booster les ventes et éviter un éventuel engorgement au mois d’avril. « Chez TP Vision en tout cas, confirme François Caroff, nous sommes prêts, avec des produits qui apportent de la valeur ajoutée et poussent plutôt le marché vers le haut. Notre part de marché volumes est de l’ordre de 8 % du marché global des téléviseurs, mais nous atteignons en revanche près de 15 % de l’ultra. La qualité d’image, ADN de Philips en TV, Android et bien sûr Ambilight, nous aident à valoriser notre offre. Notre part de marché valeur devrait ainsi se situer en 2015 entre 9 et 10 %. C’est dire la qualité et l’importance des innovations que sous-tend notre marque ». Et TP Vision se démarque effectivement largement cette année. Après avoir lancé ses premiers téléviseurs équipés d’Android en 2014, c’est quasiment toute la gamme de téléviseurs connectés qui bénéficie cette année de cette innovation majeure. La TV Android, c’est maintenant !
Pour le moment, les Français utilisent peu les possibilités de la TV connectée, ou Smart TV. Plus de la moitié des possesseurs ne connectant même pas l’appareil à Internet. « Avec la Smart TV sous Android 5.0 qui est notre grand lancement de cette année, nous innovons pleinement, et offrons aux consommateurs de vrais services additionnels, précise Marc Langevin. Nous sommes sur un marché de renouvellement et misons sur des innovations qui ont du sens et sont vraiment perceptibles par le consommateur. Avec la TV Android, nous nous appuyons sur Google qui a la même plate-forme. Grâce au principe de la plateforme “ouverte”, partagée sur de nombreuses applications, on peut aussi imaginer d’innombrables synergies avec l’assistance des personnes à domicile, etc. avec au centre de tous ces systèmes, la télévision… qui reprend une place centrale (plus que le PC). Grâce au navigateur internet, chacun peut en effet accéder à toute la toile à partir de son téléviseur, surfant comme depuis un PC, accédant à toutes sortes de jeux et autres applications. Le tout au gré de réflexes désormais largement acquis via les smartphones. Android, c’est une interface d’une rapidité rarement atteinte, un large catalogue de jeux vidéo accessible depuis le PlayStore, ou encore la possibilité de bénéficier des applications chargées sur son Smartphone directement sur son écran de TV. Grâce à l’intégration de Smart TV Android, les téléviseurs Philips deviennent aussi de véritables consoles de jeux. Cette belle innovation nous permet de nous adresser à une clientèle plus jeune, à qui nous n’avions pas l’occasion de proposer tablettes ou téléphones puisque nous sommes concentrés sur la télévision ».

Capitaliser sur le long terme

Associer Android à la télévision ouvre donc bien évidemment de belles perspectives. Lancé par TP Vision, le système va se déployer sur l’ensemble des gammes. « Mais nous avons un an d’avance, se réjouit Marc Langevin, et dans nos domaines, c’est énorme ! ». Mais jouer sur l’effet Google suppose aussi des exigences. « Avec Android 5.0, Google impose des critères d’évolutivité, précise François Caroff. C’est aussi la richesse de ce partenariat qui oblige à toujours anticiper. Nous avions déjà la qualité de l’image et la force du son, et avec Android, nous intégrons de nouveaux services qui offrent une vraie valeur ajoutée ». Toutes ces innovations, reposant sur un système d’exploitation mondial, s’inscrivent dans la stratégie internationale de TP Vision pour mieux confirmer que Philips est une marque de renom, « une des meilleures alternatives, et même plus, aux marques coréennes » ! L’ensemble de la distribution, qui est toujours à la recherche de gisements de croissance, est évidemment très réceptive. « Nous ressentons une vraie confiance acquise, précise Marc Langevin. Nos méthodes de travail sont appréciées. Lors du rachat de Philips par TP Vision, les équipes ont suivi. Et nous bénéficions aujourd’hui de supports financiers solides, avec de puissants actionnaires soucieux de leurs objectifs et désireux de développer des produits à forte valeur ajoutée. Ce sont autant d’éléments essentiels de différenciation ».

Une force commerciale exclusive TV

Du côté des ventes, on note une poussée des grands écrans et de l’ultra HD. « Le premier critère d’achat demeure toujours la qualité de l’image, et nous sommes en ce domaine très bien positionnés », rappelle François Caroff. Pour les 5 années à venir, TP Vision mise aussi sur l’interconnexion complète des appareils, qui offre un vrai bénéfice aux consommateurs, une nouvelle façon de consommer de la télévision. Pour appuyer la mise en place dans la distribution, TP Vision s’appuie, sur le terrain, sur une force commerciale intégrée d’une dizaine de personnes, parfaitement expertes et dédiées au produit “Télévision”… ce qui est tout à fait atypique dans la profession. « Nous développons un programme intensif de formation, avec environ 5 000 personnes formées par an sur nos téléviseurs Philips », précise François Caroff. « La formation, rajoute Marc Langevin, est un point clé de notre stratégie. Car pour créer de la valeur, il faut bien sûr une marque, et nous l’avons avec Philips, mais aussi des produits, et nous les avons avec nos caractéristiques Ambilight et Android. Mais cela n’est rien sans le suivi, et nous nous appuyons là sur nos commerciaux experts qui entretiennent d’excellentes relations avec l’ensemble des réseaux de distribution ». l

Sabine Alaguillaume