20190711 interieurlyfestyle
Imprimer

Préparateurs culinaires : 2019, odyssée de la cuisine...

Écrit par Laurent Feneau le 28 août 2019.

20190828 moulinex

Sans atteindre le niveau des ventes de 2017, le marché des robots chauffants conserve ses fondamentaux intacts en 2018. Mieux, tiré par les deux segments leaders que sont les blenders et les robots multifonctions, le secteur retrouve un dynamisme évident sur la première partie de l’année 2019.

Les ventes d’équipements dédiés à la préparation culinaire affichent en 2018 des résultats moindres par rapport à 2017. Faut-il s’en étonner ? Non, si l’on se réfère aux résultats du petit électroménager (Pem) dans son ensemble qui, selon le Gifam et GfK, enregistre lui-même une micro croissance valeur de + 0,5 sur la période étudiée. Le marché de la préparation culinaire suit, peu ou prou, cette même évolution, même s’il ne parvient pas à maintenir le niveau de son chiffre d’affaires qui recule d’1 % sur 2018. Rappelons ainsi qu’en 2017, le secteur progressait autrement plus vite en valeur (+ 2,1 %)… Pas de quoi crier au loup toutefois, car si les résultats de la préparation culinaire ne sont pas brillants, ils sont toutefois meilleurs que ceux d’autres segments du Pem. Celui de la cuisson des aliments, par exemple, voit lui aussi son chiffre d’affaires reculer d’1 % tandis que celui du petit déjeuner enregistre un recul de ses ventes valeur de 2,2 % sur la même période… « Il est ainsi important de rappeler que 2018 est une année particulière, mêlant baisse des achats de produits manufacturés, augmentation des prix à la consommation, coup de frein de la construction et en fin d’année une fréquentation des magasins en baisse sous l’impact des mouvements sociaux. Au cours d’une année aussi contrastée, les tendances relativement stables sur la plupart des segments de l’électroménager sont le signe que les fabricants savent année après année susciter l’intérêt des consommateurs, même dans des contextes économiques compliqués », relativise ainsi Brigitte Petit, Présidente du Gifam.

Le goût du fait maison continue à tirer le marché

L’ensemble de l’univers de la préparation culinaire - c’est-à-dire robots, multifonctions, kitchen machines, blenders, batteurs, mini-hachoirs et mixeurs plongeants - ne s’en sort donc pas si mal en 2018. D’autant que le marché est toujours tiré par une certaine tendance, entretenue par les émissions TV culinaires, qui voit les français cuisiner de plus en plus. Résultat, buzz sur le bien manger et mode du fait maison aidant, cuisine et gastronomie sont plus que jamais sur le devant de la scène. Les chiffres parlent d’eux même… Un français sur deux privilégie le fait maison. Six français sur dix cuisinent au moins une fois par semaine tandis qu’un quart d’entre eux le fait tous les jours. Et les consommateurs de l’Hexagone n’hésitent plus à sortir leur porte-monnaie pour jouer au chef étoilé ! Ainsi, « Ainsi, 13 % des foyers français - soient 3 millions de foyers dans l’Hexagone - sont équipés d’un robot chauffant et 15 % d’une Kitchen Machine. Au final, pas moins de 57 % des foyers français possèdent et utilisent aujourd’hui un robot culinaire », indique Emilie Pin, chargée d’Etudes au Gifam (voir encadré). A quoi tient ce succès ? « Les consommateurs privilégient de plus en plus le fait maison, mais également et surtout les produits frais. Ils souhaitent en effet être rassurés sur ce qu’ils mangent. La qualité de l’offre en équipements - semi-professionnels pour certains d’entre eux - explique aussi cet engouement. Autrement dit, une grande partie des robots culinaires actuels sont non seulement efficaces, mais aussi synonymes de gain de temps et de cuisine saine », commente à son tour Damien Chicaud, Directeur statistiques et études au Gifam.
A noter toutefois que le relatif dynamisme du marché cache des évolutions disparates selon les types de produits. Si les équipements à forte valeur ajoutée tirent le secteur, les appareils mono fonction comme les batteurs et autres mini-hachoirs connaissent des temps plus difficiles. Ainsi le chiffre d’affaires des premiers recule-t-il de quelque 2,8 % tandis que les ventes valeur des seconds accusent carrément le coup (- 5,5 %)…

Blenders : la performance à cœur !

Il en va tout autrement pour les blenders, un des segments historiques du marché pesant pour près de 20 % de la valeur de la préparation culinaire. Avec une augmentation de leur chiffre d’affaires de 2,1 %, cette catégorie de produits est effectivement l’une des plus dynamiques sur l’année 2018. Un chiffre d’autant plus intéressant que ce sont les modèles chauffants qui ont la préférence des consommateurs. 4 % des foyers français en sont ainsi déjà équipés ! Rien d’étonnant à cela toutefois lorsqu’on sait que c’est cette famille de produits qui la première - bien avant les robots multifonctions chauffants - a permis de démocratiser et de faire connaître la fonction cuisson sur les appareils de préparation culinaire. Au final, même si ce type d’appareils ne permet pas réellement de cuisiner, il conserve toute sa place sur le marché pour la réalisation de potages, veloutés et autres consommés, sans oublier la possibilité de préparer - à froid - jus de fruits, smoothies et autres cocktails.
Les blenders les plus récents répondent en effet parfaitement aux attentes actuelles des utilisateurs. C’est entre autres le cas de ceux proposés par Tristar. « Le Nova Soup Maker et le Soup Blender Princess continuent à enregistrer des ventes importantes chez nos partenaires distributeurs, c’est pourquoi nous avons décidé de compléter notre offre avec un autre blender chauffant, mais à la marque Tristar cette fois. Celui-ci proposera une montée en gamme en termes de puissance et de capacité, mais également de design », confie ainsi Francois-Xavier Laurent, Responsable développement Tristar.
Chez Tristar comme chez la plupart des industriels, les blenders chauffants intègrent de plus en plus de fonctions permettant, entre autres, d’accéder à des cycles complets de programmation. Résultat, les appareils offrent de plus de plus de programmes automatiques, permettant en un clic - sur la bonne touche ! - de lancer la préparation d’une soupe veloutée, d’un mouliné, d’un potage avec morceaux ou encore d’une sauce. « Avec ses 9 touches marquées de pictogrammes indiquant clairement les fonctions de l’appareil, le blender Naturamix 2 est très simple à utiliser. L’équipement est accessible à tout type d’utilisateur, même les plus novices en cuisine. Il suffit de poser le bol sur le bloc moteur et d’actionner une touche pour démarrer la réalisation de la recette », confirme Sylvain Cossettini, PDG S.A.S. Kitchen Chef.

Vous avez dit multifonction ?

Progressant au même rythme que les blenders, les robots multifonctions ne sont pas en reste en 2018. Avec une progression de leur chiffre d’affaires de 2,4 %, ils apportent toutefois par leur poids - 1/3 du marché - davantage de valeur au marché que les blenders sur la période étudiée. Comme les années précédentes, ce sont surtout les robots cuiseurs qui tirent le marché vers le haut. En effet, depuis trois ans, les ventes de ces appareils multifonctions qui découpent, mixent, pétrissent et mijotent, s’envolent, avec un prix moyen souvent supérieur à 1 000 euros. Mieux, il s’en vend quelque 700 000 unités par an tandis que, comme évoqué plus haut, 11 % des foyers de l’Hexagone en sont déjà équipés…
Une success-story qui s’explique avant tout par la valeur ajoutée apportée par cette catégorie de produits. Outre la cuisson, les robots chauffants proposent en effet nombre d’avantages. Ils guident par exemple pas à pas l’utilisateur via des interfaces digitales tout aussi simples qu’efficaces. Les industriels ont en effet très tôt compris l’importance du niveau de convivialité proposé par les machines. Certains continuent d’ailleurs à innover sur ce point. C’est le cas du groupe Seb qui propose un nouveau design pour le panneau de contrôle du i-Companion XL. « Plus élégant et plus ergonomique, il garantit une utilisation ludique et simplissime de l’appareil », assure Fanny Gignoux-Bodenes, Responsable marketing Pem culinaire groupe Seb France (voir encadré page précédente). Enfin et surtout, grâce à leurs nombreuses fonctions de programmation, les robots chauffants offrent à leurs utilisateurs la - précieuse  ! - opportunité de s’affranchir des taches de surveillance. D’où liberté et gain de temps, avec en outre la possibilité pour le cuisinier amateur de se concentrer sur l’essentiel : les associations de saveurs et de produits entre eux, la création de recettes, l’assaisonnement, etc.

Connectivité & accompagnement de l’utilisateur

La même promesse de liberté et de gain de temps émane de la catégorie des Kitchen Machine, mais le consommateur y est moins sensible… Résultat, le segment est en recul en 2018. Ce qui ne semble pas affecter les équipes R&D des industriels qui continuent à plancher afin d’intégrer toujours plus de fonctions - et notamment la cuisson - sur leurs appareils. Si avec le Cooking Chef Gourmet, Kenwood a été le premier fabricant à proposer un robot pâtissier cuiseur, il n’est désormais plus seul… KitchenAid en est déjà ainsi à la deuxième version de son Cook Processor Artisan. « Le préparateur culinaire cuiseur dispose de 6 modes automatiques liés chacun à un vaste choix de recettes disponibles dans le livre de recettes ou sur l’application dédiée », argumente Yann Beuzet, Directeur commercial KitchenAid France.
Bref, qu’il s’agisse de blenders, de Kitchen Machine ou de robots multifonctions, les robots chauffants sont de plus en plus performants, autonomes et connectés. Valeur ajoutée et technicité des appareils rendent toutefois nécessaire l’accompagnement du consommateur, cet accompagnement trouvant un nouvel élan avec le niveau de connectivité toujours plus grand des machines. En effet, le fait que les machines soient de plus en plus connectées permet aux industriels de se positionner aux centres de nouvelles communautés d’utilisateurs.

La créativité culinaire sans cuisiner…

Autrement dit, applis et réseaux sociaux offrent la possibilité aux fabricants de mieux connaître les attentes et les goûts des cuisiniers amateurs, et donc de coller de plus près à leurs besoins par rapport à de nouvelles fonctions susceptibles d’améliorer les machines ou encore de nouvelles recettes à tester ou à partager en ligne. Le groupe Seb fait par exemple des visites chez les clients ayant déjà acheté ses appareils, puis réalise des vidéos de ceux-ci en train de préparer leur repas, postées ensuite sur Facebook.
Idem chez Kenwood où le robot cuiseur CookEasy+ propose réellement une innovation de rupture. « Qu’il s’agisse de son nouvel écran tactile couleur type Smartphone, du pesage intégré ou encore de la possibilité de cuisiner à 180 °C bol ouvert, ce nouvel équipement constitue vraiment la somme de toutes les innovations de ces dernières années. Le CookEasy+ bénéficie bien sûr d’une application dédiée permettant de cuisiner à distance, d’accéder à de nombreuses recettes ou encore de partager ses expériences culinaires. Cette application évolue chaque jour grâce à nos équipes qui font des mises à jour quotidiennes en fonction de l’évolution des besoins des utilisateurs », explique Vincent Bougeard, Directeur marketing et communication Kenwood (voir encadré).
Au final, dynamisé par la créativité des services R&D des grandes marques et l’arrivée régulière de nouveaux intervenants, le marché des robots chauffants répond à la quête d’innovations permanente de consommateurs sans cesse à l’affut de solutions adaptées à leurs besoins pour se faciliter le quotidien. Aussi, nul doute que ces appareils à forte valeur ajoutée, dotés de fonctionnalités grandissantes et au fort pouvoir attractif, sauront longtemps se rendre indispensables aux yeux des passionnés de cuisine.•