20181210 aod1
Imprimer

Franchise Expo Paris 2018 : La franchise y va franco !

Écrit par Sabrina Alves le 5 avril 2018. Rubrique France

20180405 franchise expo

Franchise Expo Paris est une étape incontournable pour ceux qui souhaitent entreprendre leur franchise. La 37e édition de ce salon s’est déroulée du 25 au 28 mars dernier. Une chose est sûre : la franchise a de belles et longues années devant elle. Explications.

Fondé en 1981, par l’ex-président de la Fédération Française de la Franchise, Benjamin Amstits Mahler, mais aussi par l’ancien PDG de Franchise Magazine, Gérard Touati, ou encore par l’administrateur de Workshop Fashion Agency1, Patrick Lecetre ; le salon de la Franchise est l’opportunité pour les exposants de rencontrer des visiteurs qui souhaitent créer leur entreprise, via la franchise. Cette année, le salon s’est tenu du 25 au 28 mars, à Paris Expo Porte de Versailles.
« Franchise Expo Paris est un salon semi-public. Il réunit aussi bien les professionnels que le grand public. Pourquoi ? Parce que la franchise est un milieu qui se destine à tous ceux qui souhaitent se reconvertir comme par exemple, un commerçant isolé qui souhaite passer sous enseigne. Le salon va donc l’inspirer », explique Sylvie Gaudy, Directrice de Division chez Reed Expositions, organisateur de l’évènement.

Un secteur diversifié

Cette 37e édition a été marquée par sa fréquentation. « En matière de visitorat, nous accueillons, chaque année, près de 36 000 visiteurs. La majorité sont français et viennent aussi bien de Paris que de province. Les visiteurs internationaux représentent approximativement 10 % du visitorat du salon. Ce sont, essentiellement, des investisseurs qui viennent dans le but de franchiser une enseigne pour la développer en plusieurs points de vente, dans une région donnée », précise la Directrice de Division. Du côté des exposants, le salon séduit de plus en plus d’entreprises : 580 exposants étaient présents (45 de plus par rapport à 2017), pour 495 enseignes (contre 462 l’année précédente).
Lorsque nous allons à la rencontre des exposants, la surprise est la même : par rapport aux années précédentes, le visiteur est moins indécis face à sa quête. « Il est beaucoup plus expert. De ce fait, nous avons une meilleure qualité de contact et un meilleur apport financier que les années précédentes », confie Karim Houchi, Responsable en recrutement et du développement des franchises chez Weldom. Autre constat : le profil du visiteur n’est plus le même. Par conséquent, plusieurs exposants reprochent aux visiteurs professionnels, d’utiliser le salon de la Franchise, pour essayer de vendre leurs produits à une enseigne : « Ce n’est pas le lieu », commente avec mécontentement, Karim Houchi.

La Franchise, un milieu sûr !

En France, la franchise est un secteur ultra-dynamique, qui ne cesse de se développer. Selon la FFF (la Fédération Française de la Franchise), il représente près de 72 000 points de vente et 1900 réseaux, pour un chiffre d’affaires de plus de 55 milliards d’euros. Le poids de l’économie de la franchise est tel, que la France est le pays leader de la franchise en Europe. A l’échelle internationale, elle occupe la troisième place. « Ce sont les divers secteurs d’activité de la franchise qui font sa force. La franchise est présente dans tous les secteurs (la restauration, la beauté et le bien-être, la distribution, les services, etc.). Ce n’est pas le cas dans les autres pays. Par exemple, aux Etats-Unis, nous observons une prépondérance des franchises sur le food et le service. Les franchises spécialisées dans la mode n’existent pas », indique Sylvie Gaudy.
Deux phénomènes sociaux expliquent l’ascension fulgurante du secteur. Le premier s’observe auprès des cinquantenaires. « A partir de 50 ans, beaucoup de cadres ont peur de se retrouver au chômage. Il n’est pas toujours facile de retrouver du travail à cet âge-là. Leur carrière étant déjà lancée, ils ont besoin d’assurer leur avenir, c’est pour cela qu’ils ont recours à la franchise pour la création d’entreprise », rappelle Laurent Kruch, Président de l’Institut d’études de marché et de géomarketing, spécialisé dans la distribution et dans la franchise, Territoires & Marketing. En effet, d’un point de vue économique, la franchise est plus rassurante : d’une part, « vous avez l’accompagnement du réseau. Avec une franchise, vous êtes à la fois votre propre patron, comme vous bénéficiez de la formation et de l’assistance d’une enseigne », analyse la Directrice de Division du salon. D’autre part, « l’économie permet aux cadres de réussir dans la franchise. Avec la rupture conventionnelle, nous bénéficions d’un réel accompagnement dans la fin de contrat, rajoute le Président de Territoires & Marketing. Pour lancer sa franchise, il faut un noyau dur des réseaux, qui se trouve entre 75 000 et 150 000 euros. Avec l’argent qu’ils ont obtenu à la fin de leur contrat, et l’argent de leurs économies, ils parviennent à atteindre ce seuil ». Le deuxième phénomène notable se constate auprès de la génération Y (18-30 ans). « L’idée d’être à son compte séduit énormément la jeune génération. Ce qu’il ne faut pas oublier, c’est que la création d’entreprise présente beaucoup de risques. Avant le résultat final, l’entrepreneur est confronté à la précarité. Il ne faut pas oublier aussi qu’être à son compte, c’est savoir gérer des situations sociales, économiques, techniques, très complexes. Ainsi, nous constatons que la génération Y s’intéresse beaucoup aux franchises. Dans le food, par exemple, nous voyons des start-ups s’intéresser aux franchises. C’est le cas de la “sucess story” de Big Fernand. Economiquement, c’est une solution idéale. Cependant, il faut veiller. Le projet ne meurt pas au bout de quelques années. Il ne faut pas oublier que lorsque nous nous engageons dans la franchise, tout un réseau nous suit », conseille Laurent Kruch. Autre valeur sûre de la franchise : la transmission de savoir-faire entre l’enseigne et le franchisé.  

Coup de food !

Le salon Franchise Expo Paris est aussi l’occasion de mettre en lumière les tendances de la franchise. En effet, « les investisseurs, créateurs d’entreprise et commerçants qui se rendent chaque année sur notre salon, sont avant tout à la recherche de la bonne idée pour créer leur entreprise ou investir. Avec un très large panel d’exposants sur des secteurs diversifiés et une visibilité internationale, nous nous positionnons en showroom grandeur nature, du modèle économique de la franchise au niveau mondial », analyse Sylvie Gaudy.
Comme l’an dernier, le secteur de l’hôtellerie et de la restauration prédomine le secteur de la franchise (19,4 %). « Les nouveautés sont nombreuses dans ce secteur. La tendance dominante cette année, c’est la crêpe. La cuisine du sud-est de l’Asie et la cuisine du Mexique sont aussi très à la mode », décrit la Directrice. Les services aux particuliers et aux entreprises se positionnent quant à eux la deuxième place du podium (14,7 %), suivi par la beauté et la santé (10,3 %). Le secteur de la beauté est toujours très dynamique puisqu’il innove d’année en année. Cette année, c’est la cryogénie2 , qui est à l’honneur. Grâce à l’essor de l’escape game et du loisir en général, les commerces spécialisés atteignent la quatrième place du classement (9,5 %). Le commerce alimentaire (9,3 %) obtient la cinquième place, suivi par la mode et l’équipement de la personne (7,9 %). La décoration et l’équipement de la maison sont à égalité avec la distribution alimentaire (7 %). Pour l’équipement de la maison, nous observons une très forte présence du meuble et des cuisinistes. Parmi les mauvais élèves figurent : le marché du bâtiment (4,2 %), de l’immobilier (4,4 %) et celui de l’automobile, la moto et le cycle (5,8 %). De façon plus générale, nous observons aussi une forte présence du Do It Yourself. La présence de Seft Tissus et Mondial Tissus en sont les parfaits exemples.•

1) Société organisatrice d’évènements
2) La cryogénie est l’étude et la production des basses températures (inférieures à −150 °C ou 120 K) dans le but de comprendre les phénomènes physiques qui s’y manifestent.