20190711 interieurlyfestyle
Imprimer

Show devant

Écrit par Philippe Méchin le 23 août 2019. Rubrique Asie

20190823 Guangzhou Lighting

Amis pour les uns, ennemis pour les autres, les chinois ne laissent personne indifférent. Il est vrai qu’ils semblent de plus en plus difficiles à arrêter dans leur marche en avant à la conquête du monde. Rien ou presque ne semble leur échapper, quel que soit le secteur d’activité, avec cependant un goût plus que prononcé vers les produits à valeur technologique ajoutée. Nous en avons eu encore la preuve lors de la visite de l’édition 2019 du salon GILE, acronyme de Guangzhou International Lighting Exhibition, qui comme son nom l’indique est dédié à l’éclairage sous toutes ses formes, et tout ceci n’est pas le fruit du hasard, tant s’en faut.

Pourtant, si l’on en croit les statistiques de l’économie mondiale, la croissance chinoise ralentit fortement puisqu’elle est cette année au plus bas depuis 30 ans, avec un résultat de 6,2 % ce qui soit dit en passant, représente un peu plus de 3 fois la nôtre, comme l’on fait perfidement remarquer quelques économistes pas « politiquement corrects ». Il n’empêche que d’un seul coup, tout le monde s’inquiète de cet accès de faiblesse qui pourrait faire basculer l’économie mondiale dans une récession de grande ampleur. Cet accès d’alarmisme semble cependant bien prématuré. Certes il est vrai que le capitole n’est jamais loin de la roche Tarpéienne, mais tout de même, il serait bon de se calmer. Que fallait-il imaginer ? Pour reprendre l’expression bien connue des économistes, les arbres ne grimpent jamais jusqu’au ciel. Et c’est justement bien le cas aujourd’hui à propos de la situation de l’Empire du Milieu. Il était en effet inimaginable de penser que le pays allait continuer de progresser à ce rythme, ce qui soit dit en passant aurait provoqué une surchauffe, comme disent les financiers, tout aussi préjudiciable. Certes des difficultés apparaissent bien légitimes, lorsqu’une puissance de cette envergure s’intègre dans l’impitoyable compétition économique mondiale, laquelle ne fait que se durcir, jour après jour, en raison notamment de l’affrontement avec l’autre géant planétaire, en l’occurrence, les Etats-Unis, qui sous la férule de Donald Trump, ont décidé de ne plus s’en laisser compter. Cette bataille titanesque tourne pour l’instant à l’avantage des entreprises américaines, en raison des sanctions sur les exportations à l’égard de la Chine. Il faut d’ailleurs savoir que nous ne sommes qu’au début d’un conflit qui va durer au moins plusieurs décennies tant les enjeux sont colossaux, puisqu’il s’agit du leadership mondial, dans tous les domaines. Nul ne va s’en laisser compter, pas plus les Etats-Unis que la Chine. Mais ce petit jeu à ses limites, puisque les deux mégas puissances sont dépendantes l’une de l’autre. Il est des produits que les uns doivent importer et vice versa. L’affaire Huawei en est la plus parfaite des illustrations. Pour l’instant l’avantage est dans le camp US puisque le fabricant chinois qui brigue le premier rang mondial dans le domaine des smartphones a besoin des composants américains pour le développement de la 5G, laquelle constitue l’enjeu technologique majeur des années à venir, puisque celui qui la maitrisera maitrisera le monde. La marque chinoise qui a investi des milliards de dollars grâce au très généreux soutien de l’état est prêt, tandis que son concurrent américain l’est moins. Cependant il existe une entreprise considérée comme la seule capable de fabriquer les composants capables de la faire fonctionner. Elle se nomme Qualcomm et elle est Américaine. Et lorsque l’on dit la seule, c’est la plus stricte réalité, puisque même les plus gros concurrents américains n’ont pas réussi à égaler leur savoir-faire unique au monde. Résultat Huawei que Donald Trump considère comme un danger pour la sécurité de son pays et aussi du monde a bloqué l’entreprise chinoise.

5 G L’arme absolue

Que l’on apprécie ou non la personnalité hors normes du président américain, force est de reconnaître qu’il n’a pas tort. Celui qui maitrise la 5G, maîtrise le monde et menace potentiellement la sécurité internationale. Il faut en effet bien savoir et comprendre que cette technologie mène à tout. Elle peut paralyser une armée, les transports, contrôler tous nos faits et gestes. Elle est l’arme absolue, et c’est bien d’ailleurs pourquoi le gouvernement chinois a tant investi dans cette aventure. On parle de la somme affolante de 30 milliards de dollars par an en recherche et développement. Le tout étant plus que contrôlé par l’état puisqu’à la tête de Huawei se trouve ni plus ni moins qu’un ancien colonel de l’armée. Les accusations proférées par le président américain ne sont donc pas dénuées de fondement. Il faut bien comprendre aussi que les déclarations tonitruantes de Donald Trump ne sont pas celles d’un homme isolé, hors de contrôle, comme tant de soi-disant observateurs s’accordent à le dire. C’est tout le monde des affaires du pays qui est derrière cette offensive. C’est ni plus ni moins que la domination mondiale qui est en jeu, avec toutes les conséquences politiques, économiques, géostratégiques que cela implique. Il faut aussi bien comprendre que c’est la haute technologie qui va dominer le monde pour les décennies à venir dans tous les domaines, et de l’autre côté de l’Atlantique on n’est pas près de se laisser faire. Mais il faudra compter avec un adversaire redoutable, notamment dans des domaines d’applications dont personne ne connaît encore à ce jour les limites, comme l’intelligence artificielle dans laquelle la Chine a pris l’ascendant sur tous ses concurrents planétaires. Il suffit de voir le nombre de brevets déposés par les entreprises nationales du secteur pour mesurer le degré effarant d’implication du pays.
Tout ceci laisse donc augurer une bataille de titans dont tout laisse à craindre que la vieille Europe ne se trouve vite hors du coup, empêtrée dans ses divisons internes et son manque cruel de capacité et surtout de volonté d’investissement dans le monde de demain, et ceci ne manque pas d’inquiéter. Même la puissante Allemagne semble hors du coup.

Energivore bâtiment

Ce long préambule ne vient pas par hasard dans notre compte rendu de cette édition 2019 du Salon GILE de Guangzhou. Dédié à l’éclairage dans tous ses états, il se trouve par conséquent en première ligne dans les domaines de la haute technologie. Nous l’avons constaté à tous les moments de notre visite. Il faut en effet ne pas oublier, et nous ne le répéterons assez que ce gigantesque secteur d’activité a connu depuis environ une bonne décennie une révolution industrielle sans précédent et que le phénomène, loin de ses calmer ne fait au contraire qu’aller toujours plus vite plus fort, plus. Tant et si bien qu’une simple ampoule est devenue un bijou de technologie, et de polyvalence. L’éclairage, qu’il soit à destination du consommateur lambda, ou du professionnel, n’a plus rien à voir avec qu’il a été. Tout ceci est accentué par une obligation de tous les états de la planète, de réduire les consommations d’énergie. A cet effet, ils se sont lancés dans une surenchère de réglementations toujours plus strictes, toujours plus contraignantes, notamment dans le domaine du bâtiment, qu’il soit à usage domestique industriel ou professionnel dont on s’est aperçu qu’il était le plus énergivore. C’est d’ailleurs et assez curieusement le premier qui est le plus vorace. Dans un environnement mondial d’urgence climatique, de sauvegarde de la planète, en raison de son réchauffement, toutes les pistes sont explorées et pas seulement celles liées aux transports, et aux gaz à effet de serre. Tout est bon et aucun gouvernement ne s’est privé d’en rajouter dans la surenchère. Toujours est-il que le monde de l’éclairage a changé à une vitesse stupéfiante afin de répondre à cette nouvelle donne. Tout ceci est dû bien évidemment à l’émergence de la LED, laquelle a constitué une véritable révolution. Et comme toute révolution qui se respecte, il existe des pionniers qui se sont jetés à corps perdu dans ce marché absolument colossal. C’est donc sans surprise, nos amis chinois qui se sont rués sur cet Eldorado. Des milliers d’entreprises ont vu le jour en pensant décrocher la lune. Seulement comme dans toutes les chasses au trésor, il y a des gagnants et des perdants, des bons et des mauvais. Heureusement tous les marchés ont leurs lois, et les moins performants ont été éliminés.

Feux d’artifice

Tout ceci nous l’avons constaté sur le salon professionnel le plus emblématique du secteur, à savoir le GILE, dont nous avons pu constater la métamorphose en l’espace de quelques toutes petites années. Certes tout ceci ne s’est pas fait par l’opération du Saint-Esprit. Il faut y voir la patte de Messe Francfort qui dirige ce rendez-vous de main de maitre. Rien donc de surprenant lorsque l’on sait que l’organisateur allemand règne sur ce domaine depuis de nombreuses années et pas seulement en Chine. Il faut savoir que le grand inspirateur se nomme Light&Building, lequel règne sur le monde des salons de la profession. Aussi les équipes aux commandes du grand rendez-vous biennal allemand ne se sont pas privées pour appliquer au salon GILE, les recettes qui ont fait sa renommée, son leadership et succès. Citons d’abord des thématiques fédératrices en phase avec l’actualité du moment, et dieu sait s’il n’en manquait pas cette année avec notamment de nombreuses animations et conférences à propos notamment de la 5G, de l’intelligence artificielle, et de l’internet des objets. Tous ces sujets très imbriqués les uns dans les autres trouvaient leur champ d’application sur les stands des exposants qui ont été très loin dans la qualité technologique de leurs nouveautés et innovations. Mais le cahier des charges de Messe Francfort, c’est aussi le respect absolu d’une charte de qualité, dans la globalité de l’offre. Et là, il semble que celle-ci a été plus que respectée tant les exposants ont fait preuve d’imaginations. Ce sont effet de véritables shows holographiques auxquels les visiteurs ont été conviés et comme nous ils ont été bluffés par la maîtrise de ces feux d’artifice visuels, démontrant ainsi l’exceptionnel savoir-faire chinois dans la maîtrise des jeux de lumière au point d’en faire un spectacle à couper le souffle que nous avons retrouvé avec de multiples variantes sur les gigantesques stands de nombreux exposants. En tout cas les acheteurs n’ont pas caché leur enthousiasme devant de telles démonstrations de force. Parlons-en justement de ces acheteurs, Chinois dans leur abondante majorité. Faut-il bien s’en étonner. L’offre globale leur est dédiée, et quoi qu’on en dise à propos de la fameuse croissance en baisse, ce n’est pas l’impression que nous en avons eue. Le flot ininterrompu de visiteurs a eu largement de quoi se faire une idée de la dynamique de l’industrie chinoise de l’éclairage, de ses prolongements, dans de secteurs aussi étonnants que la santé, le bien être, la décoration. Tout juste avons-nous pu remarquer une baisse apparente des acheteurs venus de l’étranger, encore que tout ceci n’est que relatif, tandis que les exposants internationaux nous ont paru plus discrets. Très certainement est-ce une conséquence des relations commerciales internationales qui se tendent et d’une conjoncture mondiale morose pour expliquer cette fréquentation en baisse. Toutefois, l’international restant une exigence prioritaire de Messe Francfort, il ne faut pas oublier que l’offre de “sourcing” pur en reprendre le terme adéquat était très présente, signe que l’export reste encore un marché très actifs malgré les difficultés liées aux décisions américaines et la mollesse de la reprise européenne.
Il n’en reste pas moins vrai que dans un environnement complexe, le secteur de l’industrie de l’éclairage continue de tailler sa route avec vigueur, et surtout avec un sens du spectacle et de la mise en scène jamais vus sur un salon dont le sujet ne s’y prête guère. Ce sont de vrais et magnifiques feux d’artifice visuels auxquels tout le monde a pu assister doublés de shows holographiques et de jeux de lumière époustouflants. Il est vrai que les chinois sont les maîtres de la pyrotechnie. En tout cas, ils l’ont très largement démontré à l’occasion de cette très réussie édition 2019. Décidément ce pays ne cessera jamais de surprendre.•