Imprimer

L'environnement pris en compte

le 1 mars 2010.

201003_janus_itl.jpg

La 54e cérémonie de remise des Janus s’est tenue, cette année, au Conseil Economique, Social et Environnemental. Outre les Janus aujourd’hui bien connus, de l’Industrie, de la Santé, du Commerce et du Service, une mention Ecodesign a été créée pour récompenser les lauréats les plus engagés.

Bénédicte TOPUZ

Confortique Magazine
n° 218 mars 2010



Cette année, trente-sept industriels (18 pour le Janus de l’industrie, 3 pour le Janus de la santé, 3 pour celui du service et 13 pour celui du commerce) ont été récompensés au sein d’une architecture pensée par Auguste Perret. Par ailleurs, ce bâtiment abrite notamment un hémicycle et une salle hypostyle équipés d’un mobilier signé par le designer Pierre Paulin suite à une commande de l’Etat en 1987. Un lieu qui s’imposait aux Janus un jour ou l’autre ! C’est donc dans ce chef-d’œuvre de l’architecture moderne, qu’Anne-Marie Sargueil, Présidente de l’Institut Français du Design (IFD) a rappelé les objectifs des Janus : "valoriser le couple marque/produit ou service, faire connaître aux industriels, aux collectivités, aux médias et au public, la démarche exemplaire des lauréats et favoriser l’insertion professionnelle des jeunes designers". La sélection se fait selon cinq critères, rebaptisés les cinq "E" pour esthétique, ergonomie, économie, éthique et émotion. Le jury, composé d’une cinquantaine d’experts bénévoles issus de métiers différents (designers, architectes, industriels, journalistes, publicitaires, communicants, consultants et graphistes), se réunit plusieurs fois donc pour écouter la présentation de chaque candidat. Deux jurys distincts sont constitués : l’un pour le Janus de l’Industrie, de la santé, du service sous la présidence de Claude de Méneval et le Janus du commerce sous la présidence d’Eric Ranjard également Président du Conseil national des centres commerciaux.


Des lauréats fiers de leur label

"Les Janus ne sont pas un prix, mais un label", aime à préciser Anne-Marie Sargueil. Et ce label, poursuit-elle, "est obtenu grâce à un binôme, entreprise et designer. C’est donc une démarche collective, mais ce sont les entreprises qui paient les frais d’inscription". Et pour toutes ces entreprises, les Janus leur permettent essentiellement d’être valorisées et cela en interne ou en externe. Car, que ce soit pour de grandes ou de petites entreprises, ces Janus "renforcent l’image de marque et apportent une reconnaissance", explique la société Raidlight, fabricant de matériel et d’équipement outdoor qui a décidé d’associer ses clients à sa démarche créative avec une plateforme collaborative. Eric Ranjard, Président du Jury, insiste : "beaucoup de sociétés mentionnent ce label dans leur communication ce qui leur donne une crédibilité en plus". Et s’il est toujours difficile d’évaluer l’impact sur les ventes, tous semblent convaincus d’un retour positif. Par ailleurs, ces Janus mettent en exergue non seulement une réponse technique, mais aussi des possibilités de design, explique Bernard Didier de la Sagem. Car ils contribuent à promouvoir la réflexion créative, à optimiser l’investissement dans le design et à le transformer en avantage concurrentiel. Pour Fagorbrandt "c’est la récompense de tout un travail fait en interne". Ce fabricant a été primé pour son lave-linge Dose-e, conçu avec son équipe de designers internes, qui répond aux attentes des consommateurs en termes d’économie d’énergie. En effet, une pompe interne permet de calculer automatiquement la juste dose de lessive nécessaire à chaque lavage. C’est grâce à son aspirateur à main DC31 que Dyson fait partie des lauréats des Janus de l’Industrie. L’équipe de design intégré a développé un nouveau type de moteur breveté qui permet une modularité de puissance.

Autre lauréat dans le Janus de l’industrie, la société Whirlpool et ce, pour deux produits : une gamme de distributeurs d’eau filtrée, Pure, et le four baptisé Glamour. Ce four encastrable se caractérise par un écran de programmation ultra plat intégré en façade, une isolation thermique repensée et des programmes offrant des gains de temps et d’énergie.

Dans la catégorie des Janus du service, citons la société SFR qui se lance sur le marché de la surveillance domestique. Elle propose Homescope, une caméra de surveillance associée à un service mobile d’interface dédiée. 


Une mention éco design

Les Janus ne pouvaient plus ne pas prendre en compte de façon évidente l’impact sur l’environnement. Aussi, grâce au soutien financier de l’ADEME (Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Energie) et attribuée après analyse des projets par le cabinet EVEA, spécialiste en éco-conception et éco-innovation, une mention éco-design de l’Institut Français du Design valorise les projets qui ont su témoigner d’une démarche éco-design et de qualités environnementales. "Cette mention va renouveler et redynamiser les Janus", prévoit Anne-Marie Sargueil. Elle est surtout dans l’air du temps et les industriels aujourd’hui ne peuvent que se féliciter que leur démarche éco-design soit mise en valeur. L’ensemble des lauréats du Janus des années 2006, 2007, 2008 et 2009 a été sollicité et chacun a été libre de participer à cette étude. Toutes les entreprises inscrites reçoivent un document de restitution comprenant une fiche de synthèse, avec une analyse sur le plan méthodologique où sont mises en évidence les conséquences des choix de conception sur l’environnement et sur la société. "Il n’y a pas de produit "écologique" en soi : les résultats sont souvent présentés par comparaison avec l’état de l’art ou l’offre précédente de l’entreprise, et seulement si le service aux clients ou usagers est comparable. La réponse des candidats est déclarative, mais les informations sont transparentes et l’entreprise s’expose à être questionnée", déclare Jean-Baptiste Puyou, Fondateur d’EVA. Cette année, seize lauréats 2009 et neuf lauréats des années précédentes ont reçu la mention éco-design, dont Fagorbrandt avec son lave-linge Dose-e.  "A l’horizon 2011, tous les Janus seront éco-design", affirme Anne-Marie Sargueil.   •

 

201003_janus_02.jpg 201003_janus_03.jpg
 201003_janus_01.jpg 201003_janus_04.jpg

201003_janus_05.jpg

Whirlpool et son équipe de designers, réunis au sein de Global Consumer Design, ont conçu ce four baptisé Glamour. Les innovations techniques apportées à ce produit  témoignent de la réflexion approfondie sur la destination de ce produit et ses valeurs d’usage et d’ergonomie. 

Colonne de gauche : la gamme de distributeurs d’eau filtrée Pure de Whirlpool apporte une solution aux problématiques sanitaires, écologiques et économique de la consommation d’eau à domicile. Elle a été conçue avec l’équipe de designers intégrée.

Ci-dessus, colonne de gauche : c’est avec son équipe intégré de designers, que le britannique Dyson  a conçu un aspirateur qui intègre un nouveau type de moteur breveté et qui allie ergonomie, économie et qualité écologique.

Fagorbrantd a reçu la mention éco-design pour son lave-linge qui permet de calculer la juste dose.

 

201003_janus_itl2.jpg