Imprimer

États Généraux de la salle de bain 2017 : réussie, avec mention

Écrit par Jeffrey Bevilacqua le 1 octobre 2018.

20180902 etat generaux Salles de bains

Le 30 mai dernier, l’AFISB organisait les États Généraux de la salle de bain. Durant cet événement, qui a attiré bon nombre de professionnels de la filière, un bilan de l’année 2017 a été effectué. Malgré les bouleversements du marché, l’année est globalement positive.

Après la très bonne année 2016, qui avait généré une croissance de 2,6 %, comment s’est porté le marché de la salle de bain, en 2017 ? La réponse pourrait être « bien, mais… ». En effet, le marché a de nouveau progressé, mais dans une moindre mesure. Avec une progression de 1,2 %, il a observé une nouvelle croissance, cependant inférieure à celle de l’exercice précédent. Les professionnels ne vont tout de même pas bouder leur plaisir. Lors de la 2e édition des États Généraux de la salle de bain, organisés par l’AFISB (Association Française des Industries de la Salle de Bain), en partenariat avec la FNAS, l’Ameublement français, Profluid, Uniclima et le Gifam, les chiffres du marché ont été révélés en détail. La quasi-totalité des familles de produits sont concernées par la reprise, boostée par la construction neuve et la rénovation.
Avec le développement des réseaux Grand Public, le réseau professionnel est en retrait, par rapport à la croissance du marché, cette dernière profitant plus aux enseignes de grande distribution. De plus, la part des marques distributeurs progresse significativement et représente désormais 19 % du marché, en valeur.

La croissance coule à flots

En valeur, le premier marché de la salle de bain est la robinetterie sanitaire. Cet univers a représenté, en 2017, environ 361 millions d’euros de chiffre d’affaires, soit 1 % de plus que l’année précédente. En volume, la croissance est de 1,8 %. Cette croissance est portée essentiellement par les thermostatiques, qui progressent de plus de 5 %, en valeur comme en volume, et par les mitigeurs, qui représentent près de la moitié du CA du secteur (pour 2,2 % de croissance). Le réseau professionnel continue de dominer le marché, avec près de deux tiers des ventes.
Autre marché très important, celui des parois et des pare-bains, qui a également connu une année positive, mais dans une moindre mesure. Malgré un dynamisme non contesté (+1,1 % de CA), 2017 fut moins radieuse que 2016, qui avait généré une croissance de 4,2 %. Le réseau professionnel, qui développe ses marques distributeurs, n’a pas encore la légitimité espérée. Malgré une croissance de 6 % pour les MDD, le prix moyen de vente (PMV) est 20 % plus faible que celui des marques des fabricants, et 15 % plus faible que celui du marché général.
Pourtant, les ventes de pare-bains ont progressé de 11,2 % en volume, accompagnant la forte croissance des baignoires. Ces dernières ont confirmé la reprise entamée en 2016, avec une évolution positive (+6,4 %). Cette progression est notamment due au marché du neuf – pour lequel la baignoire permet de valoriser le bien immobilier – mais aussi à l’amélioration du PMV et au développement des ventes sur internet, qui s’effectuent souvent à un prix élevé. Cette progression du marché de la baignoire n’est pas universelle. Comme chaque année, depuis 2014, l’univers des baignoires balnéo n’arrive pas à performer. Cependant, le recul du marché a ralenti (-4,8 % contre -13,2 % en 2016). Le réseau Grand Public semble désormais se retirer du marché, malgré un PMV élevé.

Des tendances évolutives

2017 aura confirmé quelques tendances, avec des marchés en mutation. Celui des cabines de douche, par exemple. Alors qu’il arrivait à se stabiliser ces deux dernières années, 2017 a marqué un déclin, avec une baisse de 2,3 % du CA généré par les cabines de douche simples. Le PMV s’est stabilisé, mais cet univers souffre de l’offre de douches de plus en plus spacieuses et adaptables. Cette notion du sur-mesure permet également de booster le marché du receveur. La diversité de l’offre esthétique et technique (tailles, couleurs, textures, etc.) a généré une croissance de 8,4 %.
Les receveurs en céramique ont notamment conquis les consommateurs, avec une hausse de plus de 10 %. Le marché de la céramique est également en transformation, avec le recul des bidets sur pied et la progression des lavabos-vasques-plans et des cuvettes suspendues. Avec une hausse de 6,4 %, ce dernier univers est en train de prendre, peu à peu, le pas sur les bâti-supports. Avec une progression de 4,1 % en volume et 5,3 % en valeur, les bâti-supports n’ont pas à rougir de leur année 2017. Cependant, ces chiffres sont inférieurs à ceux des cuvettes suspendues, ce qui semble indiquer la naissance d’un marché de remplacement.
En revanche, le marché du meuble n’est pas linéaire. Malgré une fin d’année mitigée, il observe une légère croissance (+0,4 %). Les meubles en kit et les meubles pré-montés se partagent les parts de marché, avec, pour le moment, un net avantage pour les derniers cités. En 2017, ils ont représenté 170 millions d’euros de chiffre d’affaires, contre 105 millions d’euros pour les meubles en kit. Cependant, ces derniers ont gagné 0,3 point de parts de marché, par rapport à l’année dernière. Ce marché des meubles de salle de bain appartient de plus en plus aux GSB, qui renforcent leur offre avec, notamment, des ensembles « meuble + vasque » ou des plans de toilette, qui séduisent les consommateurs. De plus, les MDD montent en puissance, à la fois en réseau professionnel et Grand Public, et représentent désormais près d’un tiers du marché.
L’année 2017 fut satisfaisante pour les acteurs de la salle de bain, avec quasiment toutes les familles de produits dans le vert. Cependant, avec le développement des MDD et du réseau Grand Public, les fabricants doivent désormais mettre l’accent sur la formation des vendeurs et des installateurs, pour continuer de performer dans les années à venir. C’est notamment le cas pour l’univers des baignoires balnéo, qui reste un achat important et qui doit donc être assisté par un professionnel. Sans se mouiller, nous pouvons donc dire que le marché de la salle de bain a de beaux jours devant lui.•