Imprimer

Réglement des factures

Écrit par Sabine Alaguillaume le 4 septembre 2014.

 

En finir avec les délais de paiement ?

La première édition des Prix des délais de paiement, destinée à récompenser les organisations ayant une politique vertueuse en matière de règlement des factures, s’est tenue, début juin, au ministère de l’Economie, du Redressement productif et du Numérique. Un vrai dossier que ne clôt pas sa prise en compte…

20140903 LAUREATS

De Gauche à Droite :
Pierre Pelouzet : Médiateur national inter-entreprises
Joseph Merceron : Président de la commission finances et ressources. Département de la Vendée - Lauréat collectivité territoriale
Jean-Lou Blachier : Médiateur national des marchés publics
Claude Ronceray : Directeur général - Délégué Inra - Lauréat établissement public
Guy Ruelle : Directeur Service Center Finance GDF Suez - Lauréat Grand groupe ETI
Jean-Marc Barki : Président Sealock - Lauréat PME
François Guilbaud : Directeur, Maîtrise & Optimisation du BFR, Pricewaterhouse Coopers - Partenaire principal


Il y a encore en France beaucoup trop de mauvais payeurs ! Plus de 60 000 entreprises ont déposé le bilan en 2013, dont, selon Jean-Hervé Lorenzi, Président du pôle de compétitivité Finance Innovation, 25 % pour cause de retards de paiements. Les sociétés les plus touchées sont évidemment les PME, particulièrement dépendantes de leur trésorerie. La loi LME est donc loin d’avoir tout résolu puisqu’un tiers des entreprises règlent encore leurs factures (ou sont réglées) à plus de 60 jours ! OpinionWay a mené l’enquête auprès de 403 dirigeants de PME et d’ETI : 75 % d’entre eux ont déclaré avoir eu au moins une facture non réglée dans les temps lors des 6 derniers mois.

La remise des prix a récompensé 4 lauréats :


Prix PME : Sealock (fournisseur de solutions de collage)

« Nous avons toujours défendu la LME et proposons que les délais de règlement soient réduits à 30 jours dans toute l’Europe, ce qui permettra de ne plus avoir à nous retrouver en concurrence avec des fournisseurs qui prennent des marchés grâce aux délais de paiement accordés », déclare Jean-Marc Barki, Dirigeant de Sealock.

Prix grande entreprise : GDF Sue

« La plupart de nos clients industriels ou particuliers sont également fournisseurs ; nous devons être exemplaires dans le respect de nos engagements. Nous désirons construire une relation de qualité et équilibrée avec nos fournisseurs à travers le respect des délais de paiement lorsque le service ou le produit est livré conforme. En ce qui concerne certaines filiales du groupe, des efforts restent à accomplir pour atteindre le niveau obtenu par GDFSuez SA. La voie est dès lors tracée par la maison mère, pour aider les autres sociétés du Groupe en la matière », déclare Guy Ruelle, Directeur des centres de services partagés.

Prix territoire : Conseil Général de la Vendée

« L’attachement aux délais rapides de paiement des fournisseurs est un souci constant pour notre collectivité, notre souci est de ne pas pénaliser la trésorerie des entreprises qui interviennent pour le Département de la Vendée où beaucoup de nos fournisseurs sont implantés », déclare Joseph Merceron, Président de la commission Finances et Ressources et membre de la commission permanente.

Prix organisme public : Inra

« Au-delà des pénalités de retard et des sanctions prévues par la loi, c’est la responsabilité sociale de l’entreprise qui est en jeu. Et par là même, son image. Des gains, difficiles à chiffrer, comme les bénéfices d’image liés aux impacts sociétaux positifs, doivent être pris en compte », déclare Philippe Jarraud, Directeur du Financement et de l’Administration Générale.

}rix PME : Sealock (fournisseur de solutions de collage)

« Nous avons toujours défendu la LME et proposons que les délais de règlement soient réduits à 30 jours dans toute l’Europe, ce qui permettra de ne plus avoir à nous retrouver en concurrence avec des fournisseurs qui prennent des marchés grâce aux délais de paiement accordés », déclare Jean-Marc Barki, Dirigeant de Sealock.

Prix grande entreprise : GDF Sue

« La plupart de nos clients industriels ou particuliers sont également fournisseurs ; nous devons être exemplaires dans le respect de nos engagements. Nous désirons construire une relation de qualité et équilibrée avec nos fournisseurs à travers le respect des délais de paiement lorsque le service ou le produit est livré conforme. En ce qui concerne certaines filiales du groupe, des efforts restent à accomplir pour atteindre le niveau obtenu par GDFSuez SA. La voie est dès lors tracée par la maison mère, pour aider les autres sociétés du Groupe en la matière », déclare Guy Ruelle, Directeur des centres de services partagés.

Prix territoire : Conseil Général de la Vendée

« L’attachement aux délais rapides de paiement des fournisseurs est un souci constant pour notre collectivité, notre souci est de ne pas pénaliser la trésorerie des entreprises qui interviennent pour le Département de la Vendée où beaucoup de nos fournisseurs sont implantés », déclare Joseph Merceron, Président de la commission Finances et Ressources et membre de la commission permanente.

Prix organisme public : Inra

« Au-delà des pénalités de retard et des sanctions prévues par la loi, c’est la responsabilité sociale de l’entreprise qui est en jeu. Et par là même, son image. Des gains, difficiles à chiffrer, comme les bénéfices d’image liés aux impacts sociétaux positifs, doivent être pris en compte », déclare Philippe Jarraud, Directeur du Financement et de l’Administration Générale.

 

Dans le détail, les retards de paiement ont eu un impact important sur la trésorerie (53 %), sur le moral des dirigeants (48 %) et sur les coûts de gestion (41 %) ; mais également sur les relations clients (41 %), sur les relations avec les banques (33 %), sur les capacités à investir (33 %) et sur les capacités à embaucher (25 %). Pas de quoi se féliciter ! D’autant que l’étude Altares sur « Les comportements de paiement des entreprises en France et dans le monde en 2013 » montre à quel point la France affiche des pratiques médiocres ! Elle arrive en dernière position des règlements sans retard, même derrière la Chine… Ainsi, en France, seuls 32,2 % des entreprises règlent leurs fournisseurs sans retard, contre 33,3 % en Chine, 53,4 % pour les USA, et 75,3 % pour l’Alle­ma­gne, largement en tête (avec une progression de 22 % par rapport à 2007, alors que la France est restée au même bas niveau). Autre enseignement de l’enquête : plus l’entreprise est importante, plus elle paie en retard ! La France arrive encore bonne dernière, avec seulement 7,7 % de sociétés de plus de 250 salariés réglant leurs fournisseurs sans retard (contre 40,5 % de celles de moins de 5 salariés). Le phénomène est identique aux USA (13,3 % des plus de 250 salariés paient à l’heure contre 57,9 % des moins de 5 salariés) ou en Chine (28,4 % et 41,9 %). Une fois encore, l’Allemagne se distingue largement avec 60,2 % des plus de 250 salariés payant sans retard et jusqu’à 78,4 % pour les moins de 5 salariés. Du côté des points positifs, on citera tout de même les entreprises de la « Construction » qui peuvent se féliciter d’appartenir au secteur qui paie le mieux ses fournisseurs : 42,9 % les paient sans retard (contre 22,2 % dans l’hébergement et la restauration, ou même 18,7 % dans les transports et la logistique).

En attendant une réelle amélioration de la situation, les pôles de compétitivité Finance Innovation, Astech et Mov’eo, les clusters Comité Mécanique et Ravi, PWC, la CGPME, Altares-D&B, la Banque de France, Bpifrance, Paris Europlace, Saypartners se mobilisent pour la survie des entreprises et la sauvegarde de l’emploi en organisant pour la première fois les Prix des délais de paiement, soutenus par des associations professionnelles impliquées dans cette thématique : DFCG, AFDCC, PME Finance.•