20170602 son image

Imprimer

L’éco-conception des DEEE : Un nouvel enjeu pour les fabricants !

le 6 octobre 2016.

Pour boucler la boucle, et aller encore plus loin que la collecte et le recyclage des Déchets d’Equipements Electriques et Electroniques (DEEE), Eco-systèmes a développé un service complet d’aide à l’éco-conception pour les producteurs d’équipements neufs. Et pour que les déchets deviennent ressources, il y a matière à innovations pour les équipes R&D !

20161006 ecosystemes ouv

Eco-systèmes, l’éco-organisme qui gère l’essentiel de la collecte de Déchets d’Equipements Electriques et Electroniques (DEEE), affiche chaque année de belles progressions de résultats. + 25 % de tonnes collectées et recyclées en 2015 par rapport à 2014. Eco-systèmes poursuit des objectifs ambitieux pour continuer de faire progresser la filière agréée tant au niveau français, qu’Européen. Dans la perspective de développer l’économie circulaire, une nouvelle étape a été franchie en 2016, opérant cette fois ci dans le domaine de la prévention, via la mise en place d’un accompagnement dédié à l’éco-conception à destination des producteurs. « L’éco-conception, précise Pierre-Marie Assimon, Responsable Etudes et Développement chez Eco-systèmes, fait partie de nos missions, notamment pour améliorer la recyclabilité et intégrer dès la conception des matériaux recyclés dans les nouveaux produits… Une façon de boucler la boucle ». En effet, avec l’éco-conception, la gestion de l’appareil en fin de vie est prise en considération dès l’origine. « C’est une démarche, précise  Thomas Van Nieuwenhuyse, chargé d’Etudes et d’Eco-conception chez Eco-systèmes, qui vise à limiter les impacts environnementaux dès la conception du produit ou du service, sur tout son cycle de vie, depuis l’extraction des matières premières jusqu’à la fin de vie, en passant par les procédés de fabrication, la distribution, l’utilisation ».

20161006 ecosystemes assimon


Pierre-Marie Assimon,
Responsable Etudes et Développement
chez Eco-systèmes.


Une expertise mise au service des producteurs

Pour mesurer et diminuer l’impact environnemental de leurs produits ou services, les producteurs disposent déjà  de bases de données sur les impacts liés aux phases de fabrication, de transport et d’utilisation, par exemple l’impact lié à la consommation énergétique ou à la logistique… mais rien encore sur la fin de vie, ce qui rendait l’analyse incomplète sur le devenir des matières et leur recyclage dans de nouveaux cycles de production. « Or, c’est évidemment l’une des valeurs ajoutées de nos filières de collecte et de recyclage, reprend Pierre-Marie Assimon, que de pouvoir faire remonter l’information et les résultats de notre expertise, jusqu’à la source : le producteur ». Car en matière d’éco-conception, tout se décide dès le développement du produit, avec le choix des matériaux, des assemblages… Autrement dit au sein des équipes de R&D, de design, d’approvisionnement… « A nous de leur donner les clés de compréhension et les outils pour s’approprier les enjeux liés à la fin de vie des produits et intégrer celle-ci en amont » poursuit Pierre Marie-Assimon. Pour Eco-systèmes, c’est une façon de valoriser l’expérience acquise au contact des opérateurs de la filière, grâce notamment à leurs remontées d’informations sur les difficultés qu’ils rencontrent parfois lors des étapes de dépollution et de traitement des équipements. C’est à partir de ces constats qu’Eco-systèmes s’est engagé, depuis 2014, dans le développement d’un service d’accompagnement et des outils,  destinés à tous les producteurs. Une belle prouesse quand on connait la diversité des entreprises du secteur, selon leur taille, leur degré d’internalisation de la conception, la structuration de leurs politiques environnementales. Sans oublier la diversité des produits en eux-mêmes : matériaux et composants utilisés, process d’assemblage…

Quand une éco-visite ouvre de nouveaux horizons

Le premier niveau d’accompagnement réside dans l’information et la sensibilisation aux enjeux de la filière DEEE, en ciblant autant que possible les équipes les plus directement concernées par les choix de conception ou d’approvisionnement, qu’il s’agisse des équipes Achats, Design, des chefs de produits… Pour cela des “Eco-visites” sont proposées aux producteurs sur les centres de traitement, permettant des échanges directs avec les opérateurs qui se prêtent volontiers à l’exercice. « C’est un excellent ancrage dans la réalité des choses, constate Thomas Van Nieuwenhuyse. Avant la visite, nos interlocuteurs sont souvent loin d’imaginer le niveau d’industrialisation et de technicité des procédés de recyclage. Ces visites sur le terrain suscitent rapidement de nombreuses questions sur les différentes étapes du recyclage, avec la prise de conscience des conséquences potentielles du choix de tel ou tel matériau, architecture… Ce qui peut être un bon vecteur pour démarrer ou alimenter des projets d’éco-conception. »

20161006 ecosystemes vannieuw


Thomas Van Nieuwenhuyse,
Chargé d’Etudes et d’Eco-conception
chez Eco-systèmes.


REEECYC’LAB évalue et contribue à améliorer la recyclabilité

Au-delà des éco-visites, Eco-systèmes a développé pour les professionnels une application web d’aide à la conception intitulée “REEECYC’LAB”. En utilisant “REEECYC’LAB”, le concepteur d’un nouveau produit peut obtenir une simulation de sa recyclabilité et des pistes d’amélioration, à travers différents indicateurs : taux de recyclabilité théorique de l’appareil, facilité de dépollution, métaux stratégiques, opportunités d’utilisation de matières recyclées. Le taux de recyclabilité théorique du produit est déterminé sur la base des technologies de recyclage utilisées par les opérateurs, en fonction des matières premières utilisées et des procédés d’assemblage choisis. L’outil indique en particulier les pièces ou les procédés qui sont susceptibles de dégrader le recyclage (surmoulages de plastiques différents par exemple) et suggère des pistes d’améliorations. L’application, entièrement bilingue français/anglais, très intuitive, est conçue pour que chaque concepteur puisse faire ses évaluations de façon autonome, mais les équipes Eco-systèmes sont bien sûr là en support, pour expliquer et aller plus loin dans le diagnostic. Par ailleurs, Eco-systèmes veille à la mise à jour de l’application au fur et à mesure de l’avancée des recherches sur les matériaux et leur recyclabilité. « Depuis son lancement au printemps dernier, constate Thomas Van Nieuwenhuyse, l’application suscite un véritable intérêt et des retours très positifs. Plusieurs dizaines de fabricants utilisent d’ores et déjà notre outil. L’enjeu des mois qui viennent va être de poursuivre la promotion de cet outil et faciliter sa prise en main au sein des départements R&D ».

De la recyclabilité des produits à l’utilisation de matières recyclées : il faut boucler la boucle !

Pour tendre vers une économie circulaire, il faut donc intégrer la notion de recyclabilité en amont, dans la conception des produits, mais aussi trouver des débouchés aux matières recyclées, en aval. « Pour pérenniser et continuer à développer les filières de recyclage, un autre axe d’innovation consiste à réutiliser des matières recyclées dans la fabrication de nouveaux produits », explique Pierre-Marie Assimon. « Les technologies sont  là, il s’agit maintenant pour Eco-systèmes de rapprocher les producteurs des opérateurs de recyclage, et ainsi boucler la boucle ». Concrètement, différents aspects favorisent ce rapprochement, d’après Thomas Van Nieuwenhuyse : « Par notre rôle dans la filière, nous pouvons donner de la visibilité aux producteurs sur la traçabilité des matières, sur les procédures de contrôle mises en place, et nous nous appuyons sur notre connaissance des opérateurs pour mettre en relation les bons contacts ». La proximité d’Eco-systèmes avec ces deux univers, de la production d’un côté et du recyclage de l’autre, permet également de faciliter les échanges : « Au-delà des aspects purement techniques, notre rôle consiste aussi à faciliter la conduite du changement et le cadrage des projets, qui dépassent le simple choix d’un nouveau fournisseur ». Des travaux qui ont vu un premier succès se concrétiser : le groupe SEB a ainsi lancé en 2016 une centrale vapeur fabriquée en partie avec du plastique recyclé issu de DEEE, fourni par l’un des prestataires d’Eco-systèmes, Veolia. De quoi démontrer la faisabilité et la pertinence de la démarche, susciter de nouveaux projets : « nous sentons un réel intérêt sur le sujet de la part de producteurs, de nouveaux projets devraient voir le jour prochainement », assure Pierre-Marie Assimon.

Une base de données inédite pour des Analyses de Cycle de Vie complètes et fiables

Derrière toutes ces démarches, une méthode scientifique permet d’orienter les projets d’éco-conception et de mesurer leurs bénéfices environnementaux à l’échelle du cycle de vie complet du produit : l’Analyse de Cycle de Vie (ACV). Cette méthode permet de traduire sous forme d’indicateurs environnementaux (changement climatique, épuisement des ressources, éco-toxicité…) l’ensemble des impacts générés par un produit, depuis l’extraction des matières nécessaires à sa fabrication jusqu’à son recyclage. Or, d’après Eco-systèmes, « un état des lieux réalisé avec les producteurs et experts du secteur montrait que les bases de données utilisées pour ces modélisations ne contenaient quasiment pas d’information sur le recyclage: la fin de vie des produits n’était donc pas ou très difficilement évaluée par rapport à d’autres étapes, comme la fabrication ou l’utilisation ». Pour combler ce manque, et permettre aux producteurs de se concentrer sur leur domaine d’expertise, la conception et l’innovation, Eco-systèmes s’est lancé dans la création d’une base de données inédite. « Cette base permettra à chaque concepteur ou expert ACV de modéliser toute la chaîne de recyclage appliquée à son produit, du point de collecte (en déchèterie ou en SAV par exemple) jusqu’au traitement final de chaque matière, en n’ayant que la composition de l’appareil à renseigner », détaille Thomas Van Nieuwenhuyse : « la logistique et les procédés de recyclage seront entièrement pré-modélisés ». Actuellement soumise à une revue critique par des experts indépendants internationalement reconnus, cette base sera disponible en libre accès début 2017.

L’éco-conception, une source d’innovations

Les moteurs de ces démarches sont multiples, à en croire Eco-systèmes :  « De nombreuses études montrent que l’éco-conception est une démarche qui génère des retombées positives dans les entreprises et suscite l’innovation », explique Thomas Van Nieuwenhuyse. « Sur l’utilisation efficace des matières et le recyclage, restés jusqu’ici au second plan derrière l’efficacité énergétique, c’est un nouveau champ qui s’ouvre pour les producteurs ». Pierre-Marie Assimon complète : « nous voyons ces sujets prendre de l’importance également aux yeux des pouvoirs publics et des autres parties prenantes : c’est également une façon pour les producteurs d’anticiper d’éventuelles futures réglementations et de se préparer le plus tôt possible. »

Sabine Alaguillaume