20190711 interieurlyfestyle
Imprimer

Un marche a deux vitesses

le 30 août 2010.

201008_ifr_itc.jpg

2009 fut une année de récession en Europe et de crise économique mondialisée. Dans ce contexte difficile, il n’est pas surprenant de voir de nombreux marchés baisser en valeur. L’inquiétude des ménages les incite à faire preuve de prudence dans leur consommation et à arbitrer dans leurs dépenses. Les analyses de marché de l’Observatoire Cetelem 2009 concernent huit pays européens.

Pierre GAUTHIER

Confortique Magazine
n° 222 août septembre 2010

 

Période back to school oblige, un rapide tour d’horizon sur l’évolution en linéaires des solutions d’impression s’imposait. Marché compliqué s’il en est, au vu de la baisse globale de la présence en rayon des solutions d’imprimantes et, dans une moindre mesure des modèles multi-fonctions, celui-ci fait cependant montre d’une belle résistance. Malgré l’érosion des prix, eu égard à la crise, la famille des imprimantes affiche une progression sensible.

Jusqu’à présent dominé par une forte présence en linéaires des modèles à jet d’encre, le segment des imprimantes connaît depuis le mois de janvier 2010 une forte poussée des modèles à impression laser. Nous en avons la preuve avec les chiffres de l’IFR.


Une rationalisation de l’offre jet d’encre au profit du laser

Tendance de fond observée depuis plusieurs mois à présent, la baisse de présence en linéaire des modèles d’impression par jet d’encre se poursuit en 2010 au profit de la montée en puissance des solutions laser. Stabilisée sur la période des fêtes de fin d’année, cette baisse s’accentue depuis le début d’année 2010 malgré une légère reprise sur les mois de mars et d’avril. Ainsi, les solutions jet d’encre sont passées de 52,6 % en juin 2009 à 45,7 % en juin 2010. Si le circuit des hypermarchés se révèle peu impacté par cette réduction, ayant en effet fait preuve d’une belle résistance (60,4 % vs 59 % sur la période), le circuit spécialisé est quant à lui critique (50,6 % à 44,4 %). Ceci s’explique notamment par la multiplication des offres promotionnelles proposées sur la fin d’année par les circuits alimentaires qui ont profité de l’effet Noël.

A l’inverse, sur la même période, nous constatons une forte hausse de la demande de solution laser, tendance qui ne fait que se confirmer et s’accentuer depuis la rentrée 2009 malgré un ralentissement observé sur la fin d’année du fait de l’effet promo qui a bénéficié au segment jet d’encre. Passant de 32,1 % à 40,8 %, les solutions laser ont quasiment rattrapé leur retard sur les solutions jet d’encre. A contrario du segment jet d’encre, ce sont là les grandes surfaces spécialisées qui affichent la meilleure progression en linéaire (27,5 % à 37,1 %), ce qui s’explique par le positionnement plus technique de ces appareils, impliquant le rôle de conseil du revendeur. Moins forte dans le circuit des hypermarchés, la hausse de la demande n’en est pas moins effective (32,4 % à 38,1 %).


Une hausse sensible de la valeur

Avec un prix de vente moyen de 156 euros en juin 2010, les imprimantes ont réussi à se maintenir dans les tarifs de 2009. Mieux, elles affichent une légère hausse puisqu’à la même période l’an passé, elles affichaient un prix de vente moyen de 155 euros. Principalement dû à la hausse de la valeur des solutions jet d’encre qui sont passées de 163 euros à 170 euros, cette tendance est néanmoins atténuée par la baisse enregistrée par l’impression laser qui poursuit sa lente dévalorisation, passant de 153 euros à 146 euros. Conséquence première de ce phénomène, l’accessibilité du grand public aux solutions laser, conduisant à la croissance observée de la demande, et de l’offre en linéaires, sur ce segment. Mieux positionnés du fait du discours de leurs vendeurs, les spécialistes sont naturellement le circuit qui tire le marché vers le haut grâce à une forte croissance sur l’impression jet d’encre (173 euros à 193 euros). Réussissant également à maintenir une certaine valeur sur les solutions laser (141 euros à 127 euros), les spécialistes s’en sortent en général mieux que le circuit des hypermarchés qui affiche une dévalorisation plus importante sur ces deux segments. Ainsi, si le prix de vente moyen a augmenté au sein du circuit des spécialistes, passant de 155 euros à 159 euros, il a considérablement diminué chez les hypermarchés (104 euros à 91 euros). Ceci s’explique notamment par la perte de valeur importante observée sur l’impression jet d’encre (107 euros à 91 euros).


Patience et longueur de temps font la qualité d’impression ?

Concernant les critères de choix d’une imprimante, le rendement constitue l’un des arguments forts mis en avant par le revendeur lors de la vente. S’exprimant en pages par minute (ppm), celui-ci présente quelques disparités selon qu’il s’agit d’une imprimante couleurs ou noir & blanc. Ainsi, si les solutions proposant un rendement 11-25 ppm sont les plus représentées dans la catégorie noir & blanc (44,7 %), le consommateur donne néanmoins la priorité à des solutions à moindre rendement (0 à 10 ppm) pour ce qui est de l’impression couleurs. Souci de qualité d’impression ? Il semblerait en effet que cela soit le cas puisque même pour les solutions noir & blanc, les modèles disposant d’un rendement 0-10 ppm demeurent très présents (26,1 %). Toutefois, l’évolution sur un an montre un essoufflement sensible des modèles 0 à 10 ppm, et cela tant sur l’impression couleur (67,5 % à 64,7 %) que sur l’impression noir & blanc (36,6 % à 26,1 %). Le consommateur cherchant en effet à optimiser son temps de travail, il se tourne de plus en plus vers des solutions à haut rendement : 11-25 ppm à 26-35 ppm pour l’impression noir & blanc et 11-25 ppm pour l’impression couleur. Encore anecdotiques, les autres catégories (36-60 ppm) commencent peu à peu à se développer, bénéficiant de cette tendance à l’optimisation et au rendement à l’impression. •