Imprimer

Une course technologique a petits prix

le 31 décembre 2009.

200912_ifr_itc.jpg

Le marché des téléphones mobiles a progressé au 3e trimestre 2009 par rapport au trimestre précédent, indiquant peut-être le début d’une reprise de ce marché. Avec près d’une dizaine de systèmes d’exploitation proposés, ces téléphones ne cessent d’offrir des fonctionnalités élargies à des prix souvent inférieurs à 50 euros.

 Bénédite TOPUZ

Confortique Magazinen° 215 décembre 2009

 

Selon le cabinet d’étude Gartner, les ventes mondiales de téléphones mobiles ont baissé de 6 % entre le troisième trimestre 2008 et le troisième trimestre 2009 en raison du recul des dépenses des consommateurs provoqué par la crise. En revanche, entre le deuxième et troisième trimestre 2009, ce marché affiche une hausse de 0,1 %, à 308,9 millions d’unités. Selon Gartner, ce retournement de situation est dû à l’écoulement des stocks de téléphones invendus et donc des ventes sur ce qui est appelé le marché "gris", c’est-à-dire les ventes faites par des canaux de distribution légaux mais sans accord de licence.

Ce dernier chiffre pourrait représenter le premier signe d’une reprise depuis le début de la crise économique, indiquent plusieurs analystes. Par ailleurs, le cabinet IDC a observé que des canaux de distribution proposaient des mobiles anciens à des prix très bas de manière à stimuler les ventes. En Europe, cette tendance à la reprise se confirme avec, "pour la première fois cette année, une reprise aussi bien des téléphones traditionnels que des "smartphones", l’érosion des prix sur ces deux segments, et la vitalité des offres de Samsung et d’autres en milieu de gamme, ont contribué à stimuler le marché" indique le cabinet IDC. Par ailleurs, il est certain qu’aujourd’hui l’Internet mobile européen connaît une tendance similaire à celle de l’Internet fixe il y a dix ans. Les entreprises vont donc devoir s’adapter à cette évolution. Les consommateurs vont passer de plus en plus de temps sur l’Internet mobile et le contenu va donc devoir y être adapté aussi bien en termes techniques qu’en termes d’usages. Les constructeurs de téléphones se penchent donc tous sur les améliorations apportées par chaque système d’exploitation.

 

La valse des systèmes d’exploitation

Les systèmes d’exploitation sont divers, certains sont propres à des constructeurs de téléphone comme pour LG et Samsung, d’autres sont ouverts à tous constructeurs. L’un des faits les plus marquants est l’arrivée du système d’exploitation de Google, Android, basé sous Linux. D’où l’explosion dans les linéaires de la rubrique "autres" qui compte, outre ce récent système, les systèmes Mac OS X de l’iPhone et le RIM de Blackberry ainsi que d’autres systèmes d’exploitation propriétaires. A noter que les mouvements de marché sont tels que l’IFR devrait très prochainement modifier sa segmentation. La présence des systèmes "autres" passe ainsi, en France, de 4,2 unités à 73,40 unités. Cette croissance est plus importante dans les GSS avec une croissance sur un an, d’octobre à octobre, de 90,8 unités pour atteindre 94,3 unités. En hypermarché, l’augmentation, bien que moindre, est tout de même de 75,6 unités. On connaît le succès de l’iPhone avec lequel Apple a, grâce notamment à leur écran tactile, révolutionné le secteur. Mais, d’après HMC Investment Securities, en 2010, sur 40 appareils vendus, 10 seront sous Android. Outre HTC le premier à se lancer sur le marché, bien d’autres constructeurs ont cédé aux sirènes d’Android, notamment Samsung, LG, Sony Ericsson pour n’en citer que quelques-uns. Samsung et HTC délaisseraient donc Windows pour Android et ce, malgré une nouvelle version de Windows Mobile qui devrait sortir en même temps que Windows Seven. A noter une différence entre le système d’exploitation WinCE/Pocket PC et Windows Mobile. Ainsi Windows CE ne cesse de croître avec une présence en linéaire en hausse de 4,9 unités en France. Un tant soit peu plus présent en linéaire dans les GSS avec une croissance sur un an de 7,6 unités pour atteindre 8,6 unités, le système Windows CE enregistre une présence dans les hypermarchés en croissance de 3,7 unités pour atteindre 6 unités. De son côté le système d’exploitation Windows Mobile voit sa présence en linéaire se réduire de 25,9 unités en France avec une baisse plus forte en GSS qu’en hypermarchés. A noter parallèlement la disparition totale en linéaire des systèmes PALM en hypermarché depuis juillet 2009, et partiellement en GSS où leur présence sur un an baisse de 6,8 unités pour n’être présent qu’avec 0,2 unité. Cela s’explique par le recentrage de la société Palm sur le territoire américain et la fermeture de ses filiales en Europe. Les systèmes d’exploitation développés par Samsung ou par LG affichent également une baisse en linéaire et ce malgré le lancement par Samsung de leur plateforme ouverte, Bada. Mais, d’après les analystes de HMC, ce système pourrait bien, à terme, représenter la moitié des appareils Samsung, contre 30 % pour Android et 20 % pour Windows Mobile. Enfin le système ouvert Symbian, développé par Nokia, enregistre une hausse en hypermarché de 9,2 unités, mais une baisse en GSS (-12,1 unités).

 

Des prix à la baisse

D’une façon générale, les prix sont tous à la baisse, la plus importante étant pour les systèmes intégrés dans la rubrique "autres" (systèmes Android, l’iPhone et le Blackberry) avec - 140 euros en hypermarchés, - 215 euros en GSS. Les téléphones équipés du système Windows CE/pocket PC enregistrent une baisse de leur prix de 92 euros sur un an en France. Mais celle-ci est beaucoup plus marquée dans les GSS (-170 euros) que dans les GSS (-70 euros). Toutefois, les prix des systèmes développés par Samsung et par les systèmes propriétaires affichent une moindre baisse que ce soit en hypermarché ou en GSS (- 4 euros) avec un recul plus net au moment des fêtes de fin d’année.

 

Un marché dominé par de petits prix

Les prix sont en général à la baisse quels que soient les téléphones portables et le système d’exploitation. Ainsi en linéaire, on peut observer que plus de 50 % du marché se situe dans la tranche de 1 à 50 euros. Et à fin octobre 2009, 22 % du marché était constitué de téléphones au prix de 1 à 3 %, et 32 % de 4 à 50 euros. En France, les appareils affichant des prix dans les tranches comprises entre 1 et 100 euros ont une présence en linéaire plus importante avec une hausse significative pour la tranche de 4 à 50 euros qui, en France, passe de 132 unités à 149,6 unités. Cette croissance se retrouve dans les GSS (+34,3 unités) et dans les hypermarchés (+11,2 unités). A noter pourtant une baisse de 4,2 unités de la tranche de 1 à 3 euros en hypermarché. Si au-delà de 100 euros, les téléphones mobiles sont de moins en mois présents en linéaire, une exception est à noter pour la tranche de prix comprise entre 201 et 250 euros qui marque une hausse en hypermarché de 4,5 points. Quoi qu’il en soit des pics de présence en linéaire sont perceptibles pour quasiment toutes les tranches de prix en fin et voire début d’année pour certains. •

 

tableaux.jpg
Cliquez sur l'image pour consulter les tableaux I.F.R