Articles

Imprimer

1ère convention - Palais des Congrès - Paris : Une intégration de plus en plus visible

Écrit par Renaud Parquet le 19 février 2018. Rubrique Distribution

20180219 Fanc Darty JAUBERT DALI FASOLI

De gauche à droite : Benoît Jaubert, Directeur général Darty - Karim Dali, Directeur Fnac Paris - Sandra Fasoli, Directrice du magasin Fnac Ternes.


A l’occasion de la première convention Fnac Darty qui s’est tenue fin septembre à Paris, les deux enseignes ont pu dévoiler leur stratégie commune. Leur intégration repose sur un subtil mélange à mi-chemin entre la convergence de l’offre, et la conservation de leurs atouts propres, « un groupe, deux enseignes ». Confortique vous décrypte les points clés de cette ambition.

Intégration rime-t-elle avec refonte ? Incontestablement. Mais sûrement pas avec dilution. Bien au contraire. Le groupe Fnac Darty a présenté lors de sa convention annuelle du mois de septembre  sa stratégie à 2 000 collaborateurs au Palais des Congrès et dans des magasins Fnac et Darty parisiens. « Nous avons trois objectifs clairs pendant cette convention, rappelle Benoît Jaubert, le Directeur général de Darty. D’abord, nous voulons développer un moment de partage privilégié avec les équipes et rassembler les forces de nos deux enseignes. Le cumul des deux doit pouvoir élargir l’offre et le service à notre clientèle. C’est aussi un moment de découverte, les innovations de la fin de l’année doivent être présentées en avant-première ». Durant trois jours, les collaborateurs réunis en groupe sont partis à la découverte de ces nouveautés lors d’ateliers organisés dans six magasins : quatre Darty (Ternes, Madeleine, Boulogne-Billancourt et La Bibliothèque Nationale pour l’espace dédié à la cuisine), et deux Fnac, à la Défense et à Ternes.

Partager des expériences…

« Notre idée est de nous servir des expériences développées par la Fnac ou par Darty, de les dupliquer et d’en faire profiter la clientèle de l’une et de l’autre, explique Benoît Jaubert, le directeur général de Darty. Cela concerne aussi bien les rayons, l’expérience client, la stratégie logistique que le merchandising». Sur le service au client par exemple : Le concept de tirage photo présent dans les points de ventes Fnac a donc été installé dans les magasins Darty. Sur la logistique : depuis le mois de septembre, les livreurs Darty livrent des téléviseurs chez les clients Fnac. Enfin l’intégration va jusqu’au merchandising commun aux deux enseignes pour pouvoir toucher et tester les produits en exposition sur des tables d’essai. L’offre de produits a également été revue. « Les clients peuvent découvrir, tant à la Fnac que chez Darty, des espaces dédiés aux deux marques phare de cette année en téléphonie, Apple et Samsung. De la même manière, le Gaming n’échappe pas à cette règle stratégique. L’offre sur ce rayon a été enrichie chez Darty. Sur l’informatique, nous voyons aussi monter en puissance l’ultra Portable, beaucoup plus fin et beaucoup plus léger. Les deux enseignes ont décidé de mettre l’accent sur ce produit majeur de la rentrée. Ainsi les clients pourront retrouver ces deux mises en avant, dans nos deux enseignes. Et puis n’oublions pas la révolution commerciale de l’automne qui a monopolisé l’attention au salon de l’Ifa. Il s’agit de Google Home, que nous mettons en avant dans l’ensemble de nos magasins Darty et Fnac », explique Benoît Jaubert, le Directeur général de Darty. Un partenariat a également été passé avec Deezer. Pour l’achat d’un produit de l’univers Son, dès 49 euros, les clients des deux enseignes se verront offrir trois mois d’abonnement à la plate-forme musicale. Pour aller encore plus loin dans leur intégration, les deux enseignes l’affichent ! Et de manière simple. La Fnac a depuis longtemps mis en avant son logo sur des produits spécifiques. Darty a repris l’idée. Ainsi l’enseigne apparait sur un kit informatique complet. Les deux logos figurent même sur des Packs photo, informatiques et consoles de jeux. « Nous souhaitons jouer la carte de l’association, y compris sur les packs produits sélectionnés », explique le Directeur général de Darty. En contrepartie de cette intégration, les deux enseignes conservent, malgré tout, leurs atouts propres, qui font leur force.

…tout en gardant sa spécificité

Côté téléphonie, si Darty a fait le choix de mettre en avant la Bbox, la Fnac, quant à elle, met l’accent sur les box SFR. « Nous avons également renforcé l’offre Darty en matière de sécurité avec des détecteurs de fumée. Sur les téléviseurs, nous avons souhaité que les deux enseignes mettent en avant les innovations marquantes de la rentrée, mais pas nécessairement sur les mêmes produits. Le Frame de Samsung fait l’objet de toutes les attentions au même titre que le Bravia de Sony ». Le secteur du Pem a été également revu. D’abord du côté des aspirateurs. En effet, en plus des aspirateurs-traineaux, et des robots aspirateurs, des aspirateurs-balais ont fait leur grande entrée. Le secteur de la cuisine a vu croître son offre sur le secteur du petit déjeuner et sur les ustensiles de cuisine, afin que la gamme soit plus large. Enfin l’accent a également été mis sur le soin du corps. « Nous avons segmenté les produits homme et femme. Là encore, comme dans les autres rayons, chaque client peut toucher les produits. Nous avons également développé des concepts de pop-up qui peuvent être pérennisés, en fonction de leur succès, avec de grandes marques.  C’est le cas par exemple de Franck Provost avec les tondeuses pour homme, mis en avant dans un merchandising spécifique », rapporte le Directeur général de Darty. Chaque gamme intègre des objets connectés. Cela vaut aussi bien sur le Pem que sur le Gem, où les réfrigérateurs sont sélectionnés pour leurs innovations connectées mais aussi pour leur capacité à s’intégrer dans les cuisines vendues chez Darty. « Nous avons revu également la présentation de notre rayon encastrables pour que l’information à destination du client y soit plus visible », poursuit Benoît Jaubert.
De son côté la Fnac conserve son ADN. Dès l’entrée des magasins, les dernières nouveautés de la rentrée  littéraires sont présentées, un moyen de rappeler que la Fnac  est le premier libraire de France. Davantage axée sur une offre de spécialiste, elle met l’accent sur des domaines sur lesquels elle a construit sa réputation comme sur la photo. Sur ces produits,  un travail de sourcing conséquent a été réalisé. Sur l’audio, un partenariat a été passé. Deviallet, la célèbre marque d’enceintes, a installé un studio d’écoute dans ce point de vente des Ternes. « Nous voyons aussi un grand retour du Vinyle. Notre métier de disquaire nous pousse aussi à offrir une gamme large d’albums vinyles des dernières nouveautés », explique Sandra Fasoli, la Directrice du magasin Fnac des Ternes. « Nous estimons que les vinyles pèsent 20 % du volume des achats de disques, et que 30 % des acheteurs ont moins de trente ans, » explique Karim Dali, le Directeur Fnac Paris en charge de sept points de vente. Dans le rayon librairie, un univers spécifique à la Fnac, des niches de couleurs rouges ont été disposées dans les rayons afin de mettre en avant les coups de cœur et les prescriptions de vendeurs. Enfin des services ont été développés en matière d’assurance, par exemple pour protéger les smartphones, mais aussi des cartes de paiements ou des contrats d’électricité avec Direct Energie. Là encore, les deux enseignes ne proposent pas les mêmes offres. « Nous construisons nos gammes de manière à répondre aux attentes de nos clients. Mais elles peuvent être également complémentaires. Dans ce cas, nous les proposerons dans les magasins Fnac et Darty », explique Benoît Jaubert.•