Articles

Imprimer

Conférence Mission “Ces France” : En attendant le “CES” 2019

Écrit par Jean-Claude Djian le 16 janvier 2019. Rubrique A la découverte

20190116 MISSION CES

Le 2 octobre dernier s’est tenue, au Medef, la Mission CES France, trois mois avant le prochain CES, qui se déroulera du 8 au 11 janvier 2019, à Las Vegas. Lors de cette conférence, les technologies de rupture, en cours et dans l’avenir, ont été évoquées. Plusieurs start-ups y ont présenté leurs dernières innovations.

La thématique de la conférence s’est ouverte sur la « Consumérisation de Tout » qui sera au cœur du CES 2019. Xavier Dalloz, Chargé de la promotion du CES en France, l’affirme, la consumérisation est en marche. « Les conceptions des produits et des services vont se concentrer sur l’utilisateur final en tant que citoyen consommateur contrairement à l’ère des offres orientées organisation, conçues exclusivement pour les entreprises ». La consumérisation devrait redonner le pouvoir au consommateur sur des produits et les services qui étaient destinés au départ à un marché B2B. Dans ce nouvel échange, Xavier Dalloz précise que le CES sera « la rencontre des acteurs de la vie quotidienne dans un monde globalement numérique et massivement interconnecté ».

Les technologies de rupture

Parmi les axes de ruptures technologiques qui seront au cœur de consumérisation de tout, il y a le web décentralisé qui va permettre à l’internaute de se réapproprier ses données personnelles et son identité numérique. Sur le sujet, David Menga, Ingénieur de recherche à la Direction des études et de la recherche d’EDF donne l’exemple du navigateur Opera qui a mis au point un porte-monnaie crypté pour ses utilisateurs. Une autre rupture technologique va révolutionner l’imagerie médicale. « Aujourd’hui il faut beaucoup de temps pour passer une IRM, mais demain tout va changer, précise David Menga. Les chercheurs de Facebook travaillent de concert avec des médecins de l’école de médecine de l’Université de New York pour rendre les IRM dix fois plus rapides à passer ». Pour cela, ils utilisent des techniques d’intelligence artificielle, capables de reconstruire une image incomplète à partir du reste des données. Notons qu’en 2020, 20 milliards d’objets seront connectés et l’Internet des Objets sera au centre de la « Consumérisation de Tout ». Ainsi, nous pouvons nous attendre à ce que la nouvelle Apple Watch puisse nous faire un électrocardiogramme.

De la 5G à la Blockchain

Une des innovations qui va impacter les systèmes d’information est la 5G. La cinquième génération de téléphonie mobile concerne tous les secteurs, de l’automobile à l’éducation en passant par l’industrie et la santé. Cette technologie a fait son apparition en février dernier. Grâce à la 5G, 1 218 drones ont formé les cinq anneaux olympiques de la cérémonie d’ouverture des Jeux olympiques d’Hiver de Pion Yang. « Avec la 5G, la ville va se reconfigurer. A force de mettre de l’intelligence artificielle dans les voitures, va-t-on voir arriver une ville artificielle ? », c’est la question que pose François Koehl, Directeur associé de la société Advese. Les innovations passent aussi par la Blockchain. Pour Vidal Chriqui, spécialiste du sujet : « La Blockchain sera à la transaction ce qu’Internet a été à l’information et des machines vont discuter entre elles pour faire des transactions ». Il donne l’exemple de Kodak. La société va développer sa propre crypto-monnaie : le KODAKCoin. Cette monnaie d’échange servira sur la plateforme KODAKOne pour gérer les droits liés aux images des photographes et des agences. La technologie blockchain permettra d’enregistrer, de suivre, et d’attribuer une licence à leur travail.

L’avenir est à la réalité augmentée

Que ce soit dans l’éducation, en chirurgie, dans l’industrie ou le commerce, la réalité augmentée offre un panel important de possibilités. François Klipfel, Responsable des ventes de la société Augment précise que « cette solution technologique plait aussi bien aux fabricants, aux distributeurs et aux consommateurs. La réalité augmentée valorise les produits des fabricants, augmente le taux de conversion du distributeur, tout en diminuant le retour marchandises. Surtout elle offre au consommateur une expérience d’achat ludique et innovante car il est possible de tester les produits avant de les acheter ». Des enseignes comme Best Buy, Décathlon, la Fnac, Leroy Merlin et des marques comme Moulinex ou Microsoft font appel au service d’Augment. L’application de la Fnac propose déjà plus de 500 produits à visualiser en réalité augmentée. Ainsi pouvons-nous positionner un téléviseur dans une pièce et tourner autour. « Avec la réalité augmentée dans le commerce, il n’y a plus de différence entre réalité et monde virtuel ; entre ce que nous pouvons vivre en magasin et ce que nous pouvons vivre à la maison. Nous avons accès à tout, à peu près partout, et c’est ainsi que le commerce évoluera », assure François Klipfel.

Médecine et intelligence artificielle

La start-up bordelaise Synapse est partie d’un constat : le médicament serait actuellement la 3e cause de mortalité mondiale, devant le diabète. Les systèmes informatiques actuels de gestion du médicament n’ont pas évolué depuis des années, et ne correspondent ni aux besoins des professionnels de santé ni à ceux des patients. « Plus il y a de médicaments sur l’ordonnance d’un patient, et plus les risques augmentent. Il devient très complexe de prescrire les bons médicaments, à la bonne dose. C’est là où les algorithmes deviennent une vraie nécessité, en soutien au médecin, et au bénéfice du patient », déclare le Dr Clément Goehrs, CEO de Synapse.
Avec ses associés, il a créé une plateforme d’intelligence artificielle qui permet à un médecin, grâce à l’appareil photo de son smartphone, d’identifier automatiquement sur l’ordonnance d’un patient les associations de médicaments potentiellement dangereuses, ainsi que de tester les médicaments à ajouter. Actuellement, la plateforme de Sinapse permet aux médecins d’obtenir de l’information sur plus de 37 000 médicaments.

La biométrie pour sécuriser les transactions

La start-up d’Amiens Uniris permet de s’authentifier sur les seules empreintes biométriques et sur une nouvelle génération de blockchain. « Aujourd’hui nous pouvons scanner l’intérieur du doigt et générer une clef qui nous est propre. Personne d’autre ne pourra être identifié », déclare Sébastien Dupont-Raoseta, PDG et Fondateur d’Uniris. « Pas moins de 11 brevets ont été déposés pour développer notre technologie. Destinée tout d’abord à la Défense et à la Finance, elle garantit les paiements aussi bien pour le commerçant que pour le consommateur ». Cette technologie qui permet de s’authentifier en se passant de ses login et mot de passe, de payer sur internet sans carte bancaire apporte une solution à l’insécurité sur internet.

En finir avec la perte d’énergie des batteries

La société ID-NRJ, part d’une idée simple : pourquoi avoir une batterie et un chargeur différent pour charger chaque appareil électrique ? L’entreprise développe des solutions pour améliorer l’efficacité des batteries électriques des véhicules et limiter leurs pertes énergétiques. « Il y a beaucoup d’obsolescence aujourd’hui dans les batteries. Nous voulons les rendre un peu plus universelles. Aussi, nous avons trouvé le moyen de supprimer les deux appareils qui sont très énergivores. Le chargeur et le convertisseur qui consomment près de 20 % d’énergie », déclare Christophe Piquemal CEO d’ID-NRJ. En partenariat avec le leader européen des moteurs pour vélos électriques, ID NRJ propose pour le marché des vélos partagés, une batterie déportée qui peut alimenter plusieurs appareils qui fonctionnent sur prise allume-cigare, sur USB type A et type C (ordinateurs). Ce système de batterie déportée peut-être aussi adaptable sur des chantiers pour brancher des outils électroportatifs.

Consumérisation de tout, technologies de rupture, Blockchain... C’est dans ces domaines et avec élan que doit se développer l’esprit novateur qui anime le dynamisme technologique des sociétés françaises de la French Tech qui seront présentes au CES de Las Vegas du 8 au 11 janvier prochain.•