20170602 son image

Articles

Imprimer

Etude OpinionWay : Objets connectés, Les Français y adhèrent-ils ?

Écrit par Cellou Diallo le 21 août 2017. Rubrique Conjoncture

20170821 opinionway 1

OpinionWay a présenté le 22 mars 2017 son étude portant sur les français et les objets connectés. Cette étude a été réalisée, du 8 au 12 mars, auprès d’un échantillon de 1 070 français, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus.

L’échantillon du grand public pour cette étude a été constitué selon la méthode des quotas, au regard des critères de sexe, d’âge, de catégorie socioprofessionnelle du chef de famille, après stratification par région et catégorie d’agglomération. L’échantillon a été interrogé par internet sur le système Cawi (système d’administration d’enquête en ligne) par Newpanel.
En 2017, les Français ont gagné une meilleure perception des objets connectés. Cette étude
révèle que 58 % des personnes interrogées ont aujourd’hui une bonne connaissance des objets connectés contre 44 % en 2016. Parmi eux, 45 % des Français perçoivent les objets connectés comme une révolution, au même titre qu’Internet il y a quelques années. C’est 10 points de plus qu’en 2016.
Seuls 5 % des interrogés disent très mal connaître les objets connectés, contre 9 % en 2016.
 
Avantages et inconvénients des objets connectés

Rassurer, économiser, rendre plus sûr, ce sont les avantages clés perçus par les Français. Pour 50 % des personnes interrogées, ces objets connectés servent à les alerter en temps réel, à surveiller leur logement (41 %) ou encore contrôler leur consommation (40 %). La santé est l’un des trois secteurs les plus plébiscités (73 %). En effet, les objets connectés sont perçus comme des outils pour aider les individus à se maintenir en bonne santé. Vient ensuite la sécurité du foyer, via des systèmes de caméra de surveillance, pour 55 %, et enfin 52 % des personnes sondées pointent le secteur de l’énergie et de la domotique. La montre et le smartphone, sont les deux premiers objets connectés auxquels les Français pensent spontanément. 53 % pensent à la montre connectée, 37 % au téléphone connecté.
Selon Philippe Le Magueresse, Directeur général adjoint d’OpinionWay « L’amorçage est là, mais il reste des efforts à faire du côté des distributeurs et des fabricants ». Cependant, 82 % des personnes interrogées indiquent que les objets connectés ne sont pas toujours utiles. Philippe Le Magueresse, poursuit : « L’adhésion des Français est molle, les objets connectés ne répondent pas encore à de vrais besoins consommateurs, ils permettent juste de déclencher l’achat massif. Les Français attendent de l’expérience et de l’usage ». Les fabricants doivent donc redoubler d’efforts afin de mieux répondre aux besoins des consommateurs.

20170821 opinionway 220170821 opinionway 3

L’écosystème consommateurs, fabricants et distributeurs doit donc être consolidé davantage. Particulièrement, plus d’efforts doivent être réalisés, côté distributeurs. Bien que nombre d’avantages et bénéfices soient reconnus dans l’usage des objets connectés, leur développement se heurte à trois obstacles majeurs : le prix, la sécurité et le risque de dépendance. 46 % des personnes interrogées trouvent le prix trop élevé. Concernant certaines affirmations telles que : « Les commerçants ou les distributeurs donnent envie d’acheter ces objets connectés dans leur magasin ou sur leur site internet », seulement 12 % des répondants déclarent être tout à fait d’accord et 51 % sont plutôt d’accord. 36 % trouvent que les commerçants et les distributeurs ne donnent pas envie d’acheter les objets connectés. « Il y a encore du travail, il faut théâtraliser, mettre en scène, susciter l’envie d’essayer », explique Philippe Le Magueresse.
Les risques perdurent, voire se renforcent, sur la confidentialité des données. 42 % des personnes interrogées perçoivent un risque sur la gestion des données collectées contre 33 % en 2016. Le risque de dépendance pour 34 %. 31 % redoutent même que ces objets connectés les coupent des autres, de la réalité. Sur l’ensemble des personnes interrogées, 43 % estiment que les objets connectés vont se développer, mais n’entraîneront pas un bouleversement dans les habitudes du grand public, tandis que 11 % pensent qu’il s’agit davantage d’un effet de mode. Dans les faits, 52 % des Français déclarent posséder au moins un objet connecté contre 35 % en 2016. En ce qui concerne les achats, 29 % ont investi dans une télévision connectée, 12 % dans un système d’alarme, caméra de sécurité ou bracelet sportif, 11 % une montre connectée ou un détecteur de fumée, 10 % un véhicule connecté. Nous retiendrons que les objets connectés ne relèvent plus uniquement de la science-fiction. Grâce à la banalisation de l’usage des nouvelles technologies, les objets connectés sont démythifiés et entrent dans le mode de vie des Français. Ils répondent à une demande croissante des besoins des consommateurs pour, majoritairement, améliorer et sécuriser leur habitat, leur véhicule et les informer de leur santé, durant leurs activités sportives ou leur sommeil.

*Sondage OpinionWay pour distreeConnect